Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

09/01/13 à 10:20 - Mise à jour à 10:20

Les Belges se sont transformés en fourmis

Les Belges se sont transformés en fourmis : leur épargne a atteint aujourd'hui près de 231 milliards d'euros, c'est tout bénéfice pour les banques, car ces sommes déposées sur des livrets d'épargne sont défiscalisées, ce qui revient, en quelque sorte, à ce que l'Etat subsidie indirectement les banques belges !

Ce montant épargné est énorme, ce qui prouve, au passage, que le Belge a encore de l'argent, mais qu'il hésite à consommer, car il n'a pas confiance en l'avenir. Le paradoxe, c'est que le Belge épargne beaucoup sur son livret d'épargne, mais quand on lui pose la question, il répond qu'il éprouve des difficultés à... épargner! C'est en tout cas le résultat du sondage effectué auprès de 1000 personnes par la banque NIBC Direct.

Si le nom de cette banque hollandaise ne vous dit rien, sachez qu'elle forme avec MoneYou, une autre petite banque hollandaise, un duo de choc qui est parti à la conquête de notre épargne en nous proposant des taux d'intérêt plus élevés que ceux des grandes banques, souvent des taux de l'ordre de 2,5% !

Selon le sondage de cette petite banque NIBC, 42% des Belges déclarent donc épargner moins aujourd'hui du fait de la crise contre un peu plus de 7% qui déclarent épargner plus. Le plus étonnant, c'est de voir que presque 60% des Belges sondés disent qu'ils ne gèrent pas activement leur épargne alors qu'ils reconnaissent qu'une bonne gestion serait positive pour leurs finances personnelles !

D'où la question posée par nos confrères du journal L'Echo : les Belges seraient-ils sots ? Non, mais 42% estiment qu'ils n'ont pas les connaissances nécessaires pour bien gérer leur épargne, mais, ce qui est plus étonnant, c'est que des excuses comme "je n'ai pas le temps" ou "je n'y prête pas assez attention" arrivent en tête des excuses bien avant le "je ne veux pas prendre de risques" qui aurait dû être la principale raison. Autrement dit, si les Belges laissent trainer 231 milliards d'euros sur leurs livrets d'épargne, c'est moins par peur que par passivité. C'est étonnant, mais c'est le résultat d'un sondage qui évidemment arrive à point nommé pour cette petite banque qui comme vous le savez veut nous séduire à coup de taux d'intérêt élevés.

Nos partenaires