Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

24/09/12 à 09:11 - Mise à jour à 09:11

Les amoureux de l'or peuvent à nouveau respirer

Comme toujours, il y a la théorie et la réalité. La théorie, c'est celle qui veut que l'or ne cesse pas de grimper en raison de toutes les incertitudes économiques mondiales.

Mais il y a la pratique, notamment pour les investisseurs qui ont acheté de l'or en 2011, c'est-à-dire après x années de hausse continue. Ces investisseurs se sont sans doute arraché les cheveux pendant plusieurs mois. Pourquoi ? Parce que sur les marchés financiers, le métal jaune, qui est en principe leur traditionnelle "assurance contre les catastrophes financières", a surtout brillé par son indécision. Le cours de l'or est resté scotché pendant des semaines autour des 1.600 dollars, alors qu'il avait battu des records quelques mois avant, flirtant même avec la barre des 1900 dollars en août 2011.

Et depuis ce pic, les investisseurs, notamment ceux et celles qui ont pris le train en marche, ont dû vivre avec un cours quasi à l'arrêt. Mais voilà, depuis 4 semaines, l'or revit, l'or renaît comme l'a constaté le journal Le Monde. Les amoureux de l'or peuvent à nouveau respirer, il tourne aujourd'hui autour des 1773 dollars l'once. Pourquoi ce retour en grâce ? D'abord, il y a les banques centrales des pays émergents qui en redemandent, il y a des organismes financiers qui en veulent aussi pour leurs clients, et puis, les investisseurs - que d'autres appellent des spéculateurs - en veulent aussi. Donc, tout ce beau petit monde pousse les cours de l'or à la hausse.

Mais la raison principale de ce retour en grâce de l'or, c'est l'attitude de la banque centrale américaine et européenne. Comme ces deux banques centrales ont pris des mesures pour relancer l'économie, et que selon certains d'experts, ces mesures sont de nature à relancer l'inflation dans nos pays, les investisseurs pensent que l'or reste la meilleure garantie contre l'inflation. D'où la remontée du cours du métal jaune. Cette crainte de l'inflation est toutefois théorique, car pour l'heure, il n'y pas vraiment d'inflation qui menace, pas plus qu'il n'y a de trapéziste au Vatican.

Nos partenaires