Le secteur hôtelier coincé par le Net

Source: Trends-Tendances

Quand vous devez partir en vacances, vous avez probablement le réflexe de passer par un site Internet, soit pour réserver votre avion, votre hôtel ou votre voiture de location, voire les trois à la fois.

Aujourd'hui, ce qu'on appelle dans le jargon du tourisme, "l'auto-assemblage", çàd le fait que le consommateur fasse tout lui-même, nuit au modèle économique de l'industrie du tourisme. Au point que le patron français du site lastminute.com reconnaissait qu'il préférait être à sa place que dans celle des tours opérateurs qui sont obligés de lui ouvrir leurs stocks, faute de clientèle.

Certains patrons du secteur hôtelier, en France, mais aussi en Belgique, lancent des cris d'alarme contre les pratiques des sites de réservation de chambres d'hôtel sur le Net. Pourquoi ? Parce que certains sites ont développé des pratiques tarifaires qui ne laissent plus aucune marge de manoeuvre aux hôteliers indépendants. Car le rapport de force joue en leur défaveur.

Près de 80% des consommateurs utilisent internet pour choisir leur hôtel. Il semble qu'entre 60, voire 70% du taux d'occupation de certains hôtels dépend désormais de ces sites de réservation sur Internet. Or, le problème, c'est que ces sites prennent jusqu'à 25% du prix de la chambre. Ces sites négocient d'autant plus durement qu'ils savent que les clients pensent qu'en réservant directement sur le site de l'hôtel, ils paieront plus cher, ce qui est faux.

Mais direz-vous, ces hôtels n'ont qu'à offrir en direct un tarif plus bas que celui proposé par ces sites online ? Mais ce n'est pas toujours possible, car, bien souvent, les contrats signés par les hôteliers, stipulent qu'ils n'ont pas le droit de proposer leurs chambres à un tarif inférieur à celui auquel ils ont le droit, eux, de les louer. Et donc, à ce rythme-là, d'ici quelques années, les hôteliers ne maîtriseront plus le prix de leurs chambres !

Les derniers articles en un clin d'oeil



Nos partenaires