Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

15/03/13 à 08:59 - Mise à jour à 08:59

Le secret d'IKEA pour une croissance annuelle de 10%

Le PDG de IKEA se fait plutôt rare dans la presse, une habitude quand on connait le culte du secret de cette entreprise fondée par Ingvar Kamprad, âgé aujourd'hui de 87 ans et qui figure dans le top 5 des hommes les plus riches au monde. Pourtant, cette entreprise mondialement connue a finalement lâché quelques indications chiffrées sur sa stratégie via son PDG de passage en France.

On y apprend, par exemple, que IKEA a sans doute la plus forte rentabilité du secteur de la distribution, avec une marge nette de presque 12 %. On sait aussi, et depuis peu, que IKEA a vendu en 2012 des meubles pour plus de 27 milliards d'euros et que son résultat net a encore augmenté de 8% et cela, malgré la crise. Pour vous donner une idée, son résultat net est aujourd'hui d'un peu plus de 3 milliards d'euros, c'est évidemment impressionnant !

Le plus étonnant encore, c'est de lire les propos du PDG d'IKEA dans Le Figaro. Ce patron s'est fixé comme objectif d'avoir une croissance de 10% par an, ce qui encore une fois est étonnant quand on sait qu'avec la crise, la croissance dans beaucoup de pays en Europe est de 0%... Pour faire croître sa firme de 10% par an dans ses conditions, il faut être fort, très fort !

D'où la question : "comment les dirigeants d'IKEA comptent-ils faire pour avoir cette croissance annuelle de 10% ?" La réponse du patron de IKEA est claire : selon lui, IKEA est encore très petit et les besoins sont immenses. Au niveau mondial, la classe moyenne doublera d'ici à 2020 à 3 milliards de personnes. Pour le PDG d'IKEA, il est clair que ces 3 milliards de personnes auront besoin d'un meilleur logement ou qu'ils auront des problèmes de rangement à résoudre. Et de fait, cette ambition d'IKEA n'est pas démesurée, vu que cette firme suédoise a toujours doublé de taille tous les 8 à 12 ans.

Le plus étonnant dans cette croissance, c'est que IKEA n'a pas délocalisé sa production dans des pays à bas coûts et ne souhaite toujours pas le faire. De plus, IKEA refuse d'être cotée en Bourse. Là encore, parce que sa vision du long terme est incompatible avec les sirènes à court-terme de la Bourse. C'est une preuve supplémentaire que l'Europe peut aussi créer des champions mondiaux et qu'elle n'est pas condamnée, comme certains le disent, à devenir un parc d'attraction ou un immense musée pour les futures classes moyennes chinoises, c'est inspirant.

Nos partenaires