Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

03/01/13 à 14:50 - Mise à jour à 14:50

Le risque a payé en 2012... contre toute attente

Ce début d'année 2013 est l'occasion de regarder dans le rétroviseur, en particulier celui de vos placements. Contrairement à une idée reçue : l'année 2012 a été bénéfique, très bénéfique à ceux qui ont pris des risques, c'est-à-dire ceux qui ont quitté leur livret d'épargne pour s'essayer à d'autres placements jugés en principe plus risqués.

C'est le cas de l'or, dont tout le monde parle en période de crise. Après une hausse de presque 30% en 2010 et de 10% en 2011, le métal jaune n'a grimpé que de 5,68% en 2012. Et encore, c'est en dollar. Si on convertit cela en euro, cette avance retombe à 3,65%. Ce qui montre qu'après 12 années de hausse consécutive, l'or semble un peu s'essouffler. Mais 3,65%, c'est quand même mieux que le livret d'épargne ! Et puis comme toujours, tout dépend quand vous avez acheté de l'or. Si vous l'avez fait il y a douze ans, alors votre hausse est de... 510% !

Du côté des Bourses, la surprise est venue de là où vraiment on ne s'y attendait pas. Dans la zone euro, la meilleure performance a été en effet réalisée par la Bourse d'Athènes. Et oui, la bourse grecque a enregistré une hausse de 32%, juste un peu plus que l'indice allemand DAX qui lui a progressé de 29%. De même pour l'indice parisien, le CAC 40, qui a enregistré une progression de 14% et notre indice national, Bel 20, a lui grimpé de presque 19% !

Donc clairement, le risque a payé en 2012 et cela contre toutes les attentes. Mais c'est une hausse qui s'est faite essentiellement sans les particuliers qui tant aux Etats-Unis qu'en Europe sont restés massivement en dehors du marchés des actions. Il faut dire que bien souvent leurs propres conseillers ont été pris de court et n'ont pas vu venir cette hausse généralisée. Je dis bien généralisée car en 2012, deux Bourses sur trois de par le monde ont terminé l'année en hausse !

C'est notamment l'éloignement de la crise de la zone euro qui a favorisé ce rebond durant la seconde partie de 2012. Mais bon, cela vous fait une belle jambe : car comme vous le savez, les économistes sont excellents pour vous expliquer lundi pourquoi ce qu'ils ont prédit le samedi ne s'est pas produit le dimanche !

Nos partenaires