Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

23/11/11 à 09:39 - Mise à jour à 09:39

Le rendement des taux belges à 10 ans a atteint un nouveau record, à 5%

Ce mardi, le taux d'intérêt pour placer notre dette publique à 10 ans a dépassé la barre des 5%. Bien sûr, on peut se rassurer en se disant que plusieurs pays de la zone euro comme la Grèce, l'Italie, l'Espagne et même la France ont également vu leurs taux d'intérêt augmenter de manière brutale. Mais savoir que les autres pays ont contracté la même maladie que vous n'est pas très réconfortant !

Le plus grave, c'est que l'écart de taux entre les obligations allemandes - censées être les meilleures au monde - et le taux de nos obligations à 10 ans a lui aussi décollé. L'écart de taux était de 3% ce mardi, cela veut dire que notre dette publique, pour avoir une chance d'être acceptée par les marchés financiers, doit donner 3% de rendement en plus par rapport à nos voisins allemands. Un écart de taux aussi élevé traduit clairement la défiance qu'ont les marchés financiers envers la Belgique. C'est donc une très mauvaise nouvelle !

Comme si la coupe n'était pas déjà assez pleine, la rumeur d'un abaissement de la note de notre pays a circulé toute la journée de mardi sur les marchés. Là encore, on pourra jouer à la méthode Coué et se dire que ces rumeurs ne sont pas neuves et reviennent régulièrement sur le devant de la scène. Malgré tout, tout cela indique qu'il est temps qu'on arrive à un accord budgétaire très vite, sans quoi, ce énième drame politique belge va coûter cher à chaque citoyen.

C'est une évidence, mais il faut la répéter : si on ne veut pas que notre pays se retrouve dans une "guerre " perdue d'avance contre les "vilains spéculateurs" qui attaquent la dette de la Belgique, il est urgent d'agir. D'autant que la séquence de la descente aux enfers est désormais connue de tous : lorsque l'écart de taux entre nous et l'Allemagne atteint 1 pourcent, c'est un avertissement. Mais quand cet écart de taux atteint 3 pourcents, comme c'était le cas mardi, c'est clairement l'alarme ! Et à 5% de différence, c'est la fin. Dans ce cas-là, la Belgique serait clairement dans un scénario à l'italienne ! Nos citoyens méritent mieux que ce scénario de série B.

Nos partenaires