Le Parlement européen demande la suppression du roaming d'ici fin 2015

18/03/14 à 16:03 - Mise à jour à 16:03

Source: Trends-Tendances

(Belga) Aucun frais de roaming ne pourra être comptabilisé dans l'Union européenne à partir du 15 décembre 2015, ni aucun surcoût pour téléphoner, envoyer des sms et surfer sur son mobile depuis l'étranger, selon un projet approuvé mardi par la commission Industrie du Parlement européen. La commission a voté le paquet télécoms de la commissaire européenne Neelie Kroes et a demandé aussi des garanties pour la neutralité d'internet. Les Verts et les sociaux-démocrates ont mis en garde contre le fait que les discriminations dans l'utilisation d'internet resteront possibles.

Le Parlement européen demande la suppression du roaming d'ici fin 2015

Les tarifs pour l'utilisation d'un GSM ou d'un smartphone à l'étranger avaient déjà été plafonnés. Tout comme la commissaire Kroes, la commission compétente au Parlement européen veut désormais que les frais de roaming soient supprimés. Cela signifie que les tarifs seront similaires à l'étranger et au pays d'ici 2015. "La grande majorité des Européens limitent leur utilisation du GSM à l'étranger", souligne le député européen Ivo Belet (CD&V). "Les applications proposant des informations touristiques ou des photos sont encore très souvent délaissées." La commission a également voté le principe de la neutralité du net. Cela signifie que les fournisseurs d'internet ne pourraient pas donner la préférence au contenu de certains annonceurs. Selon les eurodéputés, cela doit empêcher les entreprises télécom de perturber l'internet ouvert en ralentissant ou bloquant les services et applications de leurs concurrents. Même si le principe de la neutralité du net est garanti, la commission a prévu quelques exceptions. Les entreprises pourraient ainsi proposer certains services de qualité plus élevée, à condition qu'ils ne dégradent pas la vitesse d'internet. Les sociaux-démocrates de la commission se sont abstenus lors du vote. Ils demandent que d'ici à la séance plénière où le dossier sera examiné -la troisième semaine d'avril- la notion de "services spécialisés" soit définie clairement. Les Verts aussi se sont montrés critiques lors du vote. "C'est un patchwork disparate et la question est de savoir comment le Conseil (des Etats membres, ndlr) pourra voir ce vote chaotique comme une base sérieuse de négociations", indiquent-ils. (Belga)

Nos partenaires