Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

16/04/10 à 10:41 - Mise à jour à 10:41

Le mieux est parfois l'ennemi du bien

Le mieux est parfois l'ennemi du bien c'est en tout cas, ce que dit l'adage populaire. En économie, cet adage semble vrai également. Prenez le cas de la monnaie chinoise, le yuan, cela fait des mois qu'aux Etats-Unis et en Europe, nos dirigeants critiquent cette monnai. En gros, ils lui reprochent d'être manipulées par les autorités chinoises et donc selon Obama et les Européens, les Chinois sous-évaluent d'environ 40 % leur monnaie nationale uniquement pour doper leurs exportations !

Le mieux est parfois l'ennemi du bien c'est en tout cas, ce que dit l'adage populaire. En économie, cet adage semble vrai également. Prenez le cas de la monnaie chinoise, le yuan, cela fait des mois qu'aux Etats-Unis et en Europe, nos dirigeants critiquent cette monnai. En gros, ils lui reprochent d'être manipulées par les autorités chinoises et donc selon Obama et les Européens, les Chinois sous-évaluent d'environ 40 % leur monnaie nationale uniquement pour doper leurs exportations !

Et donc le message envoyé aux Chinois est clair, ils doivent réévaluer leur monnaie sinon, nous autres occidentaux, nous allons considérer que cette sous-évaluation chronique de la devise chinoise est une manière déguisée de subventionner les produits chinois. L'espoir évidemment, c'est que si les Chinois font remonter leur monnaie, la Chine verra ses exportations baisser et donc les Etats-Unis et l'Europe seront à nouveau plus compétitifs !

Ca c'est le message envoyé à nos concitoyens pour bien montrer qu'on s'occupe d'eux, surtout en période de crise et de chômage mais quand je disais que le mieux est l'ennemi du bien, ce n'est pas par hasard... Plusieurs économistes et non des moindres, disent que tout ce discours, c'est excusez moi de l'expression, du flan !

Pourquoi ? Imaginons que les Chinois nous écoutent et réévaluent leur monnaie, la première conséquence, c'est que l'inflation va augmenter dans les mois qui suivent. Pourquoi ? Parce que le coût de nos chemises, de nos téléviseurs, de nos réfrigérateurs, de nos jouets, bref, tout le "made in china" sera plus cher. Ce sera donc une très mauvaise nouvelle pour le pouvoir d'achat des Européens et en période de crise, c'est pas vraiment ce qu'il faut comme nouvelle

La deuxième conséquence d'une réévaluation du yuan, la monnaie chinoise, c'est que cela ne servira à rien. En effet, des tas de produits ne sont plus produits en Europe ou aux Etats-Unis, tous ces produits ont été délocalisés en Chine et ce n'est pas parce que les produits "made in china" coûteraient 20% plus chers, que nous allons assister à une relocalisation de toutes ces usines en Europe ou aux Etats-Unis. Comme le disait Marc Fiorentino, un financier français : qui a envie d'ouvrir aujourd'hui une usine de 10 000 ouvriers en Europe ?

En revanche, la vraie question, c'est la suivante : Obama et nos dirigeants européens savent tout cela. Pourquoi font-ils alors semblant d'attaquer la monnaie chinoise en disant qu'elle est sous-évaluée artificiellement par les Chinois ? Réponse : parce que quand des milliers de personnes se retrouvent sur le carreau à cause de la crise financière, il faut bien répondre à leur colère et donc la diriger vers un ennemi visible. Dans les années 90, c'était le Japon, aujourd'hui, c'est la Chine. Autant ne pas être dupe de ce discours qui est en partie hypocrite.

Nos partenaires