Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

30/05/13 à 09:50 - Mise à jour à 09:50

Le mariage gay va-t-il sauver la croissance?

Voilà une question qui se pose en France depuis que le premier couple homosexuel s'est dit oui, hier mercredi à Montpellier, devant 230 journalistes du monde entier, et devant 500 invités, et plus de 4000 spectateurs.

Alors si je parle de croissance sauvée par les mariages gays, c'est parce que selon les professionnels du mariage, 7.000 mariages gays devraient avoir lieu cette année en France. Avec un budget moyen de 14.000 euros par mariage, cela représente un marché de 98 millions d'euros... soit 0,0054% de croissance supplémentaire. Vous direz que c'est pas grand-chose peut-être, mais avec un PIB en France qui est en recul de 0,3% cette année, ce petit coup de pouce n'est pas à dédaigner.

Et puis, selon le journal économique français L'Expansion, le mariage gay en France aiguise les appétits des professionnels du secteur, que ce soit les fameux "wedding planners", en passant par les photographes, les bijoutiers, ou encore les organisateurs de voyages de noces.

La raison de cet intérêt ? Il est clairement financier : Les gays et les lesbiennes représentent une clientèle de choix pour les entreprises qui gravitent autour de l'industrie du mariage. Selon l'Insee, c'est-à-dire l'institut officiel des statistiques en France, cette communauté dispose d'un pouvoir d'achat plus élevé que les fiancés traditionnels. C'est ce que révèle une enquête récente, selon laquelle les couples homosexuels sont plus diplômés, plus urbains que la moyenne, et n'ont souvent pas d'enfant à charge. Pour certains observateurs, les gays dépenseraient 30 à 40% de plus que les hétéros pour se marier.

Et c'est ce qui explique que les entreprises n'ont pas tardé à se positionner sur ce créneau. Avant même la promulgation de la loi, mariage pour tous, un premier salon du mariage gay, se tenait à Paris ce 27 avril. Et le 22 et 23 juin prochain, aura lieu un autre Salon du mariage gay, revendiquant à son tour le titre de premier événement à destination des fiancés de même sexe. Comme quoi, un événement de société, célébré par les uns, honnis par les autres, peut aussi être récupéré rapidement sur le plan économique !

Nos partenaires