Le marché bruxellois du logement risque la pénurie dans cinq ans

30/05/13 à 07:16 - Mise à jour à 07:16

Source: Trends-Tendances

(Belga) La pression démographique est telle à Bruxelles qu'il faudrait doubler la production annuelle de logements pour répondre à la demande et que la pénurie menacera d'ici quelques années, selon des chiffres du réseau d'agences immobilières Trevi publiés jeudi dans L'Echo.

Le marché bruxellois du logement varie fortement par rapport à celui de la Wallonie et de la Flandre, avec une proportion beaucoup plus importante de locataires par rapport aux propriétaires. Selon le réseau d'agences immobilières Trevi, le marché risque la pénurie car la pression démographique est telle que l'augmentation du nombre des ménages dépassera celle du nombre des logements à partir de 2018-2019. Il y a actuellement quelque 500.000 logements dans les 19 communes bruxelloises et il en faudrait environ 600.000 d'ici 2020 selon Trevi, or le marché n'en construit que 4.000 par an environ. Il faudrait donc doubler la production, ce qui semble impossible. En ce qui concerne le montant des loyers dans la Capitale, on constate que la hausse enregistrée est d'environ 45 pc entre 2000 et 2010, alors que sur la même période l'augmentation de l'indice santé, sur base duquel est calculée l'indexation des loyers, n'était que de 25 pc. Cette hausse plus importante des loyers s'explique notamment par le fait qu'à chaque nouveau bail, le propriétaire augmente souvent son loyer. L'étude réalisée par Trevi montre par ailleurs que les loyers des communes populaires de la Capitale ne s'écartent que peu de la moyenne régionale, de même que les loyers des communes dites "huppées". (Belga)

Nos partenaires