Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

26/12/11 à 10:06 - Mise à jour à 10:06

Le livret d'épargne, refuge des Belges

L'argent des Belges déposé sur les comptes d'épargne atteignait 218 milliards d'euros à la fin du mois d'octobre dernier, selon les derniers chiffres de la Banque Nationale de Belgique.

218 milliards d'euros, c'est énorme. Cela veut dire, comme le rappelle le journal L'Écho, que depuis l'éclatement de la crise financière en 2008, les dépôts sur les livrets d'épargne ont progressé de plus de 50 %. Pourquoi ? Pour 3 raisons qui n'ont pas changé depuis le début de la crise.

1 : les livrets d'épargne sont sûrs, grâce à la garantie de l'état de 100 000 euros. 2 : ils sont disponibles en permanence et 3 : ils bénéficient de l'exonération de précompte mobilier sur une première tranche de 1 770 euros d'intérêts.

Mais attention, la sécurité a hélas un prix : les faibles rendements offerts par les comptes d'épargne qui ne suffisent pas à compenser l'inflation qui atteint 3,49 % en Belgique. Le rendement des livrets d'épargne est donc négatif.
En effet, le meilleur rendement du marché s'élève à 2,75 %, prime de fidélité inclue, chez Rabobank et Fortuneo, ce qui est bien, mais moins que l'inflation !

Bien entendu, si le Belge accepte un rendement négatif, ce n'est pas par masochisme, mais plutôt parce qu'il a peur de risquer son épargne en Bourse. Autrement dit, si les livrets d'épargne ont du succès, c'est faute de mieux, c'est faute de véritable alternative garantie.

Mais là encore, attention aux conclusions hâtives : les épargnants sont toujours à la recherche de placements plus rémunérateurs, comme l'a montré le succès des bons d'état émis au début du mois qui donnaient du 4 % à horizon de 5 ans.

Mais c'est vrai, les épargnants belges sont encore loin de vouloir sacrifier la sécurité pour le rendement.

Et quid pour 2012, direz-vous ? Faut-il s'attendre à une amélioration ? Hélas, non, la frustration des épargnants risque de se prolonger pendant une grande partie de l'année prochaine, car la Banque centrale européenne (BCE) devrait baisser une nouvelle fois son taux d'intérêt principal en raison de la faiblesse de l'économie en Europe. Les rendements offerts par les livrets d'épargne ne vont donc pas bouger et s'ils bougent, c'est hélas vers la baisse.

En conclusion : on peut dire que malgré ses rendements réels négatifs, le compte d'épargne a encore à un bel avenir. D'autant que les autres produits d'épargne " garantis " subiront la hausse du précompte mobilier sur les intérêts qui passera de 15 à 21 %.

Nos partenaires