Le gouvernement et KBC revoient le système de garantie des CDO

20/12/12 à 18:59 - Mise à jour à 18:59

Source: Trends-Tendances

(Belga) Le ministre des Finances et KBC ont annoncé jeudi s'être mis d'accord pour adapter le système de garantie portant sur le portefeuille de crédits (CDO et ABS) du bancassureur. Le système de garantie prévoit désormais un incitant si KBC parvient à accélérer l'élimination des risques subsistants, ce qui doit permettre également de réduire les risques pour les pouvoirs publics.

Le gouvernement et KBC revoient le système de garantie des CDO

Lors de la mise en place du système de garantie, en mai 2009, la convention conclue entre KBC et le gouvernement fédéral prévoyait explicitement une évaluation du système au bout de trois ans. "Or par suite de l'évolution naturelle et de la gestion active par KBC du portefeuille d'investissement sous-jacent (...) le volume des garanties pour les pouvoirs publics s'est entre-temps nettement réduit de 15,1 milliards d'euros à 9,4 milliards d'euros", souligne le communiqué. En outre, KBC aura payé à la fin de l'année, pour cette garantie, près d'1,2 milliard d'euros au gouvernement fédéral alors que ce dernier n'a pas encore dû effectuer de paiement dans le cadre de cette convention de garantie. Dans ce contexte, le gouvernement et le bancassureur ont convenu que KBC "pourrait bénéficier d'une remise sur les primes restant dues". Une remise, qui "serait accordée à des conditions très strictes" et dont le montant est plafonné, et qui vise à inciter KBC à réduire de manière substantielle les risques pour les pouvoirs publics. "Après le remboursement intégral par KBC de 3,5 milliards d'euros d'aides publiques en début de semaine, cette convention constitue une initiative supplémentaire pour réduire l'exposition des pouvoirs publics fédéraux au risque de KBC et du secteur financier", a souligné le ministre des Finances, Steven Vanackere, cité dans le communiqué. De son côté, KBC rappelle avoir "nettement" réduit sont exposition au risque au cours des dernières années. (OLIVIER VIN)

Nos partenaires