Daan Killemaes
Daan Killemaes
Daan Killemaes is hoofdredacteur bij Trends
Opinion

29/11/13 à 15:40 - Mise à jour à 15:40

Le gouvernement est sur le point de prendre l'une des plus mauvaises mesures de ces dernières années

Pourquoi la baisse de la TVA sur l'électricité est-elle une mesure particulièrement néfaste ?

Le gouvernement est sur le point de prendre l'une des plus mauvaises mesures de ces dernières années

© Belga

Aujourd'hui, les priorités de notre gouvernement consistent à activer davantage de personnes et à consolider la compétitivité de nos entreprises. Cependant, au moment où il y a un consensus sur la baisse des charges sur le travail, partiellement financée par une taxe plus élevée sur la consommation, une des meilleures façons de réaliser ces objectifs, le gouvernement fédéral veut réaliser l'inverse en baissant la TVA sur l'électricité. Malgré une rude concurrence, cette mesure est l'une des plus mauvaises de ces dernières années.

La baisse de la TVA serait bien pour le pouvoir d'achat des familles. Erreur. Oui, l'électricité serait moins chère, du moins si les fournisseurs n'utilisent pas la TVA moins élevée pour augmenter leurs marges et leurs prix, ce qui est fort possible.

Cependant, la TVA plus basse constitue une sérieuse atteinte au budget, et ce déficit devra être financé top ou tard, avec d'autres hausses de taxes ou des économies. Les familles risquent de la sentir. Une baisse d'impôts ne crée pas de pouvoir d'achat, elle ne fait que déplacer le pouvoir d'achat. En outre, comme une électricité moins chère incitera à consommer davantage - même si l'Open VLD a tenté de supprimer cette loi de l'offre et la demande - et que notre électricité est générée en grande partie par des carburants importés - une TVA moins chère mènera finalement à une perte de pouvoir d'achat pour l'économie dans sa globalité.

La baisse de la TVA stimulerait l'emploi. Encore une erreur. La baisse de TVA peut freiner la hausse des salaires par une modération de l'index et faire augmenter le taux d'emploi. Cependant, dans ce cas les familles, par le biais de salaires moins élevés, financeraient la TVA moins élevée, ce qui écarte l'argument du pouvoir d'achat plus élevé. Pour créer de l'emploi, il serait beaucoup plus efficace d'utiliser l'argent investi dans une TVA moins élevée pour baisser les charges sur le travail.

En outre, une baisse de TVA s'oppose diamétralement aux mesures écologiques de ces dernières années. On commence par réduire la consommation d'électricité par tous les moyens et à "verdir" le parc de production et maintenant les citoyens seraient encouragés fiscalement à consommer davantage d'énergie ? Comprenne qui pourra. On se demande où est la vision à long terme.

Avec un peu de bonne volonté, on peut comprendre la logique politique. Quel politique n'aime pas distribuer des cadeaux fiscaux juste avant les élections ? Et il est également logique que la proposition vienne du sp.a puisque la TVA est une taxe qui touche aussi durement les revenus modestes que les revenus confortables. Les économistes Gert Peersman et Koen Schoors argumentent cependant que vu le mécanisme de l'indexation automatique une TVA moins élevée est surtout un cadeau pour les plus fortunés.

Nos partenaires