Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

06/06/12 à 09:57 - Mise à jour à 09:57

La vérité sur la folie actuelle des obligations allemandes

En un mot comme en cent, la seule certitude pour les investisseurs qui ont acheté de la dette allemande à deux ans, c'est juste de récupérer leur mise et uniquement leur mise dans deux ans !

Imaginez que vous ayez besoin d'argent et que vous deviez vous rendre chez votre banquier pour lui demander un prêt à deux ans. Imaginez que ce même banquier vous dise : "Ecoutez, le monde est incertain aujourd'hui. Je n'ai pas confiance dans la plupart de mes clients mais vous, c'est différent, vous respirez l'honnêteté, la rigueur. Bref, vous êtes quelqu'un de sérieux. Alors, je vous fais une faveur : je vous prête l'argent dont vous avez besoin mais ce sera gratuit pour vous. Autrement dit, vous ne devrez pas me verser un intérêt."

Que diriez-vous d'une telle histoire ? Que je rêve debout ! Détrompez-vous, c'est ce qui vient de se passer pour l'Allemagne. Les investisseurs se sont rués pour acheter les obligations émises par le gouvernement allemand à deux ans. Ces obligations allemandes ont ce qu'on appelle un "coupon zéro", c'est-à-dire qu'elles ne rapportent rien, aucun intérêt. Et quand je dis rien, c'est rien : 0 %.

En un mot comme en cent, la seule certitude pour les investisseurs qui ont acheté de la dette allemande à deux ans, c'est juste de récupérer leur mise et uniquement leur mise dans deux ans !

Je sais, cela a l'air complètement fou. C'est la preuve supplémentaire qu'en attendant les élections grecques du dimanche 17 juin, les investisseurs sont nerveux, très, très nerveux. Et ils préfèrent acheter de la dette qui rapporte 0 % mais dont ils sont certain qu'elle sera remboursée. Les Allemands ont de quoi être fier. Cela prouve que la signature de leur pays est considérée comme plus sûre qu'un coffre-fort suisse.

Cette histoire est en réalité complètement dingue. Non seulement les investisseurs qui ont acheté cette dette à deux ans ne vont rien toucher comme intérêt pendant deux ans, mais en plus, ils vont perdre de l'argent. En effet, comme l'inflation prévue pour les deux prochaines années en Allemagne tournera autour de 2 %, cela veut dire que ces investisseurs vont perdre 2 x 2 %, soit 4 % de leur capital d'ici deux ans !

A ce rythme de folie, les Allemands pourront bientôt émettre des obligations avec un taux d'intérêt négatif et les investisseurs se battront pour en acheter !

Nos partenaires