Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

15/02/11 à 10:26 - Mise à jour à 10:26

La stratégie de Lunch Garden pour redorer son blason

30 millions d'euros, c'est le montant prévu par un fonds d'investissement néerlandais afin de rénover une bonne partie des 62 restaurants Lunch Garden.

30 millions d'euros, c'est le montant prévu par un fonds d'investissement néerlandais afin de rénover une bonne partie des 62 restaurants Lunch Garden. Pour les salariés de la chaîne, qui ont connu déjà plusieurs propriétaires, c'est la première fois qu'une enveloppe budgétaire est réellement affectée pour moderniser leurs restaurants.

Il faut dire qu'il est minuit moins cinq, car l'image des Lunch Garden était devenue déplorable. Bien entendu, le nouveau propriétaire néerlandais cherche à s'y retrouver en rénovant tous ces restaurants. L'objectif est de faire grimper le taux de fréquentation de 20 %. Pour le moment, les quelques restaurants déjà rénovés, dont ceux de Berchem-Sainte-Agathe, de Galeria Inno à Anvers et de Ghlin, ont vu leur fréquentation augmenter de 16 %, ce qui n'est pas mal mais moins que les 20 % budgétés. Il semble cependant que cette différence soit imputable aux rigueurs de l'hiver.

Douze autres restaurants connaîtront un lifting en 2011. Pour le reste, le calendrier dépendra en partie des rénovations que compte entreprendre le groupe Redevco, principal propriétaire des murs de Carrefour Belgique.

En fait, c'est une question de synchronicité, car la clientèle des Lunch Garden est corrélée à celle des Carrefour, puisque 90 % des Lunch Garden sont situés à côté d'un Carrefour. Les deux enseignes sont très liées : quand, l'an dernier, il y a eu des grèves et des fermetures de Carrefour, cela s'est traduit par un manque à gagner de 1 million d'euros pour Lunch Garden. Sur les quelque 120 millions d'euros de chiffre d'affaires, cela pèse évidemment beaucoup.

Pour rénover, il faut aussi obtenir des garanties sur le plan social, cependant. Il semble que le nouveau propriétaire des Lunch Garden ait pu le faire. C'est important, notamment pour être plus attrayant au niveau des horaires d'ouverture. La nouvelle direction veut en effet renforcer la tranche matinale avec une offre croissante, et prolonger l'ouverture jusqu'à 22 h.

Sans oublier le tea time, qui représente déjà 15 % du chiffre d'affaire des Lunch Garden mais qui, une fois que les restaurants seront rénovés et équipés de zone de travail avec Wi-Fi, pourrait attirer une clientèle plus business.

Bref, si ce plan fonctionne, il devrait augmenter le revenu moyen par ticket, qui est de l'ordre de 9 euros aujourd'hui.

Nos partenaires