Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

24/06/13 à 09:31 - Mise à jour à 09:31

La religion et l'économie ne font pas toujours bon ménage...

La religion et l'économie ne font pas toujours bon ménage, c'est ce que pensent indirectement les dirigeants d'Arabie Saoudite. En effet, ces dirigeants ont dû changer les jours de week-end du royaume : ceux-ci seront désormais fixés les vendredis et samedis, au lieu des jeudis et vendredis. Et cela, pour mieux adapter l'économie de l'Arabie Saoudite à celles des autres pays du monde !

En réalité, ce changement ne fait que permettre à l'Arabie Saoudite de rejoindre ainsi les autres monarchies pétrolières du Golfe, qui avaient décalé ces dernières années leur week-end afin de se rapprocher du rythme de la majorité des pays ; partout dans le monde, ce sont les samedis et dimanches qui sont chômés ! C'est bien entendu une manière de limiter l'impact du décalage pour leur économie et leurs marchés financiers.

Le journal économique La Tribune, qui a évoqué ce changement dans ses colonnes, indique que celui-ci entrera en vigueur le samedi 29 juin dans la fonction publique, les institutions financières, la Banque centrale et la Bourse de Ryad. Pour le secteur de l'éducation, le nouveau week-end sera appliqué à la prochaine rentrée scolaire et universitaire.

C'est donc un véritable handicap économique qui est en passe d'être effacé. Prenons le cas de la Bourse de Ryad, c'est la Bourse plus importante du monde arabe, et elle est ouverte cinq jours par semaine. Mais le problème, c'est que seulement trois jours correspondaient jusqu'ici aux jours de fonctionnement des principales places financières mondiales. Même chose pour les banques et les sociétés financières.

A vrai dire, les experts qui connaissent bien les arcanes de ce Royaume savent que l'élément le plus difficile pour moderniser ce pays s'est de passer outre l'influence des religieux qui ont une lecture littérale des textes et non pas adaptative. L'historien Benoit Méchin raconte, par exemple, que quand le roi Ibn Saoud, le fondateur de la dynastie actuelle, a voulu introduire le téléphone en Arabie Saoudite, les fondamentalistes s'y sont opposés sous prétexte que le téléphone était l'invention du Diable ! Loin de se démonter par cette opposition, le Roi Ibn Saoud avait alors fait psalmodier des versets du Coran via le téléphone et il a pu ainsi démontrer ainsi que cet instrument n'était pas l'oeuvre du Diable !

Nos partenaires