Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

18/03/14 à 14:05 - Mise à jour à 14:05

La devise des comptes d'épargne

En Belgique, notre devise nationale, c'est l'union fait la force. Dans le secteur bancaire, ce serait plutôt quelque chose comme l'inverse de la devise olympique, c'est-à-dire "toujours plus bas, toujours plus faibles" comme l'a fait remarquer le journal Le Soir.

Je fais bien entendu allusion à la rémunération des comptes d'épargne qui est de plus en plus basse et faible. C'est bien simple, près de la moitié des formules de comptes d'épargne proposée en 2013 n'a même pas permis de compenser l'inflation qui était de 1,2% !

Et, gros souci pour l'épargnant belge, c'est que la plupart des comptes d'épargne à faible rendement sont le fait des 4 grandes banques qui représentent, à elles seules, 2/3 de l'épargne sur les livrets !

Et cela ne s'est hélas pas amélioré en ce début d'année 2014, d'abord, parce que la plupart des banques ont encore baissé la rémunération de leurs livrets d'épargne, et ensuite, parce que si l'on regarde la moyenne des 10 comptes les moins avantageux du marché, comme l'a fait Le Soir, on arrive à un taux dérisoire de 0,58% de rendement... Une misère, donc !

Pourtant, si l'épargnant veut bien se donner la peine, il peut trouver mieux sur le marché que ce genre de taux. Bien souvent, il s'agit de banques de petite taille, active uniquement sur internet, et souvent d'origine étrangère ! Leur taux représentent souvent le triple des taux offerts par les grandes banques belges.

Evidemment, avant de foncer tête baissée sur ce genre de comptes d'épargne, il faut garder en tête quelques principes :
1. s'assurer que le taux proposé n'est pas un attrape mouche, autrement dit, est-ce que ce taux est valable pour une durée d'au moins un an
2. c'est vrai que tous les comptes d'épargne en Europe sont en principe couverts par la garantie des 100.000 euros
3. mais c'est vrai aussi, que certains petits pays pourraient ne pas honorer la faillite de leur banque comme cela s'est vu pour les banques islandaises.

Donc, certains observateurs préconisent d'opter en priorité pour les filiales bancaires d'un grand pays voisin, à savoir, par exemple, les Pays-Bas. Autant le savoir avant de faire votre shopping bancaire.

Nos partenaires