Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

06/09/12 à 10:37 - Mise à jour à 10:37

La Chine et son modèle économique à court terme

Quelle est la différence entre le court terme et le long terme ? Aussi bizarrement que cela puisse paraître et en regardant ce qui se passe aujourd'hui en Chine, la réponse pourrait être... un pont qui s'effondre.

C'est ce qui s'est passé, il y a quelques jours, quand une rampe de béton de cent mètres de long supportant une autoroute à 4 voies a brutalement basculé dans le vide comme une vulgaire étagère. Ce n'est hélas pas la première fois qu'un pont s'écroule en Chine, c'est même le 18ème pont qui s'effondre depuis 2007 avec un bilan de 135 victimes.

Pour se dédouaner, les autorités locales ont immédiatement dénoncé la surcharge des véhicules pour justifier l'effondrement de ce pont. Cette excuse ne tient pas la route : en réalité, ce pont, comme tous les autres ponts ont été construits après la crise de 2008. A l'époque, quand la crise a éclaté aux Etats-Unis et en Europe, les dirigeants chinois ont pris peur. Ils se sont dit qu'ils ne pourraient plus exporter aussi facilement vers les pays en crise, et ils ont donc financé un méga-plan de relance interne de 500 milliards d'euros. Ce super plan de relance interne devait générer des grands travaux en Chine pour compenser le ralentissement économique mondial.

A court terme, ce plan de relance a marché puisque l'économie chinoise n'a pas sombré. Mais 4 ans plus tard, on se rend compte que les travaux ont été réalisés à la-va-vite, que les matériaux utilisés n'étaient pas de qualité et que des ponts qui devaient être bâtis en 3 ans, l'ont été en moins de 18 mois. Sans oublier, que ces 500 milliards d'euros déversés sur l'économie chinoise ont suscité des tentations.

Pour pas mal d'experts, il semble que les autorités locales chinoises ont profité de ce plan de 500 milliards d'euros pour se sucrer au passage avec des entreprises de construction. Alors, oui, c'est vrai, en 2008 le parti communiste chinois a évité la crise à court terme, grâce à son plan de relance, mais son prix à plus long terme, c'est la mort de 135 personnes et des infrastructures totalement pourries. La Chine a beau être la deuxième économie mondiale, ce n'est pas encore un modèle à suivre.

Nos partenaires