Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

11/08/11 à 09:52 - Mise à jour à 09:52

La Bourse, temple de la rumeur

La Bourse est décidément le temple de la rumeur. Toutes les Bourses européennes ont ainsi encore piqué du nez ce mercredi parce que la rumeur a couru que la France risquait de perdre sa note de crédit "AAA" comme les Etats-Unis.

Malgré les démentis officiels, cela n'a pas calmé les investisseurs. Ces folles rumeurs, ajoutées à la forte baisse de Wall Street; ont littéralement affolé les investisseurs. En bonne logique et en réaction à cette rumeur sur la France, les actions bancaires et celles des assureurs ont dégringolé, tirant automatiquement les marchés d'actions par le fond.

A la Bourse de Bruxelles, pour ne citer qu'un seul exemple, les actions KBC et Dexia ont cédé plus de 10% en séance. Quant aux valeurs bancaires françaises, de type Société Générale, c'était carrément la chute libre avec une baisse de presque 15%, à cause, bien entendu, du poids des rumeurs de dégradation de la note de la France. Ce n'est toutefois pas l'unique raison qui explique que les banques françaises aient été malmenées à ce point. Les banques françaises ont aussi été attaquées en raison de leur forte exposition à l'Italie, un pays qui est aussi dans le collimateur des marchés financiers.

En effet, d'après les chiffres officiels, les établissements bancaires français sont exposés à hauteur de 410 milliards d'euros à l'Italie. BNP Paribas et Crédit agricole sont tout particulièrement exposés en raison de leur filiale locale. Bref, vous l'avez compris, le secteur bancaire risque de rester encore sous pression pendant quelque temps et comme ce secteur pèse lourd en Bourse, le mieux qu'on puisse dire en ce moment, c'est qu'il faut rester à l'écart d'éventuelles autres sautes d'humeur.

A moins que vous n'ayez l'esprit d'un Indiana Jones de la finance et que vous en profitiez pour faire vos emplettes à bon marché , comme le fait en ce moment le milliardaire américain Warren Buffet, ce petit jeu n'est pas destiné à tout le monde et revient comme disent les boursicoteurs... à essayer d'attraper un couteau qui tombe !

Nos partenaires