Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

12/12/12 à 10:36 - Mise à jour à 10:36

La Bourse pour lutter contre la déprime des épargnants

Les taux d'intérêt sont bas et ils vont le rester pendant quelque temps encore, sans doute même jusqu'en 2015. Les taux d'intérêt très bas sont bons pour rembourser les dettes publiques des gouvernements, et en principe aussi pour stimuler l'activité.

Bien entendu, cette politique des taux d'intérêt bas ne fait pas l'affaire des épargnants qui perdent au change. Un simple exemple démontre que si l'épargnant moyen ne bouge pas, il est cuit par l'inflation. Les derniers chiffres de notre banque nationale montrent que les Belges ont déposé 230 milliards d'euros sur les livrets d'épargne. En principe cet argent ne dort pas, car les banques le mobilisent pour des crédits hypothécaires ou pour acheter de la dette publique belge.

En revanche, le Belge n'en profite pas. Vu que la plupart des banques donnent à peine du 0,9% et encore, en tenant compte de la prime de fidélité qui exige que vous ne touchiez pas à cet argent pendant 12 mois d'affilée, ces 0,9% de rendement, l'épargnant belge ne les encaisse pas, car il doit encore retirer l'inflation comme je le disais qui est de 2,6% pour 2012. Faites le compte 0,9% de rendement - 2,6% d'inflation - cela fait un rendement négatif de 1,7% - vraiment pas terrible !

Mais que faire d'autre, direz-vous ? Simple : regardez ailleurs !

Pendant que le trouillomètre de la plupart des épargnants était proche de zéro, la Bourse de Bruxelles a réalisé un gain de 16% sur un an. La Bourse de New York, le fameux indice S&P 500 a grimpé en un an de 14%, l'indice boursier français, le CAC 40 de 15%, l'Allemagne, c'est pas triste non plus, de 28%. L'or a encore grimpé de 8% et les obligations de qualité ont réalisé en moyenne un rendement de 10%. Donc, en gros, pendant que certains se lamentaient sur la maigreur des rendements de nos livrets d'épargne, la Bourse ne nous a pas attendus, et sans bruit, elle a permis à d'autres, de faire une belle année. De cela, on ne parle pas, vu que l'époque est malheureusement à la morosité, au pessimisme et à la déprime.

Nos partenaires