Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

08/09/11 à 10:04 - Mise à jour à 10:04

La Bourse et les valeurs cycliques

En Bourse, les valeurs qui auront été les plus matraquées sont les valeurs bancaires. Certains se sont posés la question de savoir pourquoi la plupart des actions ont chuté alors que clairement, les inquiétudes concernaient surtout le secteur bancaire. Autrement dit, pourquoi la panique bancaire a-t-elle également contaminé des entreprises qui n'ont rien à voir avec ce secteur ?

En réalité, ce ne sont pas toutes les actions qui ont décroché brutalement au cours des dernières semaines, les plus fortes baisses ont été enregistrées sur le segment bancaire mais aussi sur celui des valeurs cycliques. Les valeurs cycliques comme leur nom l'indique sont des valeurs qui sont très sensibles aux cycles économiques. En principe, elles grimpent quand l'économie va bien et plongent quand l'économie va mal car le ralentissement de l'économie affecte directement la demande.

C'est ce qui se passe pour le secteur automobile, secteur cyclique par excellence ! Sur la base de son indice sectoriel européen, le secteur automobile a perdu plus de 33% depuis le 22 juillet dernier. Le secteur de la chimie a perdu 22%. Même perte pour le secteur des minerais et métaux ! Il n'y a qu'à regarder l'évolution du cours de l'action Arcelor Mittal pour s'en rendre compte. A elle seule, l'action Arcelor Mittal a plongé de plus de 40% !

Les seules actions qui résistent - çàd qui baissent moins fortement - sont les actions dites défensives. Les actions liées au secteur de l'alimentation, de la santé, des télécoms ou encore du luxe. Au fond, c'est cela une crise boursière : c'est quand on se rassure d'avoir en portefeuille des actions qui ont fait non pas - 30% comme le secteur automobile mais seulement - 6% comme le secteur de l'alimentation et des boissons. C'est une drôle de consolation.

Nos partenaires