Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

18/04/13 à 11:05 - Mise à jour à 11:05

L'or garde ses adorateurs !

La chute brutale de l'or, dont je vous ai parlé hier, s'est soldée par une sorte de cessez-le-feu, et comme dans tous les cessez-le-feu, on en profite pour dénombrer les victimes...

Il y a bien entendu le particulier, qui a pris un peu trop tard le train de l'or, grisé par le fait que le métal jaune avait vu son cours doubler au cours de ces dernières années.

Mais il n'y a pas qu'eux ! Même des spéculateurs, aussi célèbres que John Paulson, ont pris le bouillon ; John Paulson, dirige un hedge fonds, autrement dit un fonds spéculatif, pour lequel il est devenu célèbre pour avoir réussi à gagner, à titre personnel, 10 milliards de dollars sur certains paris audacieux et cela, en un an ! Mais depuis deux ans, il essuie échec sur échec. Et avec la chute de l'or, il vient à nouveau de perdre, toujours à titre personnel, 1,5 milliard de dollars, sans compter ce qu'il a fait perdre à ses clients !

Mais comme toujours, il y a des adorateurs de l'or, et devinez ce que font ou disent ces amateurs de métal jaune ? Eh oui, vous l'avez deviné, ils disent qu'il faut profiter de la chute du cours de l'or pour en acheter à un bon prix, car forcément, à leurs yeux, il ne peut que remonter, vu que la situation économique va continuer à se dégrader !

Si les conseillers, qui je le rappelle ne sont pas les payeurs, conseillent l'achat d'or physique sous forme de lingots par exemple, cela entraîne quelques coûts.

En effet, soit on décide de garder son or chez soi - à ses risques et périls -, soit on décide de le placer dans un coffre à la banque. Mais au-delà du prix de l'assurance, il faut garder à l'esprit qu'en cas de panique bancaire, le client ne pourra pas accéder à son coffre. Souvenez-vous de Chypre !

Malgré ces réserves, on trouvera encore des personnes pour ne jurer que par l'or. Et j'en veux pour preuve une lettre d'information, spécialisée dans les placements, qui préconise d'acheter de l'or depuis plusieurs mois, et qui pour justifier son choix auprès de ses lecteurs (notamment après la déculottée de l'or ces derniers jours), n'a rien trouvé de mieux que de comparer le cours de l'action Apple, qui a reculé de 34 % au cours des huit derniers mois, avec le recul du prix de l'or de ces derniers jours, qui lui n'a baissé que de plus ou moins 16 %. Alors, disent-ils très fiers, lequel des deux s'est effondré ? Apple ou l'or ?

En fait, il n'y a rien de pire pour un investisseur que de tomber amoureux de son placement, c'est un défaut psychologique que l'on constate souvent, le client en arrive à s'accrocher même quand la séparation est inéluctable. Et si c'est beau l'amour aveugle, en Bourse, c'est mortel !

Nos partenaires