Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

22/11/10 à 15:21 - Mise à jour à 15:21

L'or en flambée continue : la question à 1.000 euros

Même si, aujourd'hui, l'or est redescendu légèrement en dessous de la barre des 1.400 dollars l'once, la question revient sans cesse dans la bouche des épargnants : est-il encore temps d'investir dans le métal jaune ?

Le métal jaune a franchit la semaine dernière la barre psychologique des 1.400 dollars l'once ainsi que la barre des 1.000 euros. Même si, aujourd'hui, l'or est redescendu légèrement en dessous de la barre des 1.400 dollars l'once, la question revient sans cesse dans la bouche des épargnants : est-il encore temps d'investir dans le métal jaune ?

Premier constat, l'engouement pour l'or comme valeur refuge ne s'est pas estompé au fil du temps. Que ce soit pour se couvrir contre les risques d'inflation, de déflation, de devises ou contre le risque de krach obligataire, tout est bon pour se ruer sur l'or.

Ce n'est toutefois pas cet engouement qui explique l'envolée du métal précieux. Il faut également citer la démocratisation de certains produits financiers, dont la fonction est de répliquer les indices de l'or. Les fameux trackers-ETF, en jargon financier. Beaucoup de particuliers se sont rués sur ces produits d'investissement, contribuant ainsi à alimenter eux-mêmes la hausse.

Si l'on en croit les experts, cette hausse n'est d'ailleurs pas terminée car l'appétit des investisseurs n'est pas encore rassasié. En effet, la hausse de l'or s'alimente de toutes les peurs. L'or est devenu la couverture contre toutes les angoisses, qui pullulent en ce moment. Citons ainsi la défiance vis-à-vis des principales devises, le dollar en tête. Une défiance qui pourrait pousser les banques centrales des pays émergents à diversifier encore plus leurs avoirs, notamment en métal jaune...

Ajoutez à cela la décision prise par la banque centrale américaine de faire tourner la planche à billets à plein régime, ainsi que les craintes récurrentes liées à certains pays de la zone euro... Tous ces éléments ne peuvent que conforter les amateurs d'or dans leur bon choix.

Un autre signal plaide pour que la hausse de l'or ne s'arrête pas : le fait que la production d'or ait sérieusement ralenti ces dernières années. En Afrique du Sud, il faut parfois creuser jusqu'à 4 km sous la surface pour en extraire.

Bref, la demande d'or est à la hausse et l'offre plutôt stagnante. Tout cela plaide, en principe, pour une hausse continue du métal jaune. Au risque de provoquer une bulle, comme pour l'immobilier et l'Internet ? C'est la question à 1.000 euros, à laquelle personne ne peut répondre avec certitude. Ce serait trop simple.

Nos partenaires