Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

22/01/13 à 10:09 - Mise à jour à 10:09

L'or allemand

En décidant de rapatrier une partie de l'or qu'elle a stocké en France, l'Allemagne efface, en quelque sorte, un dernier souvenir de la guerre froide.

Les plus anciens d'entre nous savent que la République fédérale allemande avait décidé de stocker la plus grande partie de son or en Europe de l'Ouest. L'idée derrière ce transfert était qu'en cas d'invasion de l'URSS, cet or serait au moins à l'abri des communistes. Voilà pourquoi 374 tonnes d'or entreposées à Paris vont revenir en Allemagne d'ici 5 ans. En revanche, seule une partie de l'or entreposé à New York ou à Londres a été déplacé vers l'Allemagne.

Bizarre direz-vous. Pourquoi laisser une partie de cet or à Londres et à New York, mais rapatrier 100% du métal jaune stocké à Paris. Réponse : parce que Londres et New York sont les deux centres financiers les plus importants au monde, et il est possible que l'Allemagne veuille - à un moment ou à un autre - convertir son or en devises étrangères. Autant donc le laisser dans ses deux centres financiers.

Trois remarques sur ce transfert d'or. Il faut d'abord savoir que l'Allemagne n'est pas le seul pays à laisser une partie de son or dans les coffres forts de pays voisins. C'est le cas, par exemple, comme nous l'explique Le Figaro, d'un certain nombre de pays africains qui déposent leur or en France dans des endroits ultras sécurisés. Mais l'Allemagne est une anomalie en soi, en raison de l'importance du stock d'or déposé à l'étranger !

Deuxième remarque : si cet or est rapatrié aujourd'hui, ce n'est pas seulement que la menace soviétique n'existe plus, c'est tout simplement parce qu'il y a un mouvement populaire, un groupe de pression qui s'appelle "rapatriez notre or" qui a forcé le gouvernement allemand à agir, notamment pour rassurer son opinion face à la crise de l'euro. En Allemagne, on pousse même le vice, jusqu'à demander à vérifier la qualité des lingots d'or rapatriés, c'est dire si la confiance règne.

Ce qui est ironique dans cette histoire, c'est que ce rapatriement de l'or allemand stocké à Paris, a lieu exactement au moment où Paris et Berlin fêtent le 50e anniversaire du traité de coopération et d'amitié entre les deux pays. Comme le remarquait Le Figaro, voilà une bien drôle de manière de fêter des noces d'or.

Nos partenaires