L'OCDE pousse la Belgique à mieux préparer l'après-crise

07/05/13 à 12:07 - Mise à jour à 12:07

Source: Trends-Tendances

Le dernier rapport de l'OCDE, publié ce 7 mai, note une bonne résistance de la Belgique à la crise. Pour éviter une reprise atone, l'institution propose des recettes pour mieux gérer les soins de santé, qui pèsent sur le budget. Et pour améliorer les transports, qui saturent.

L'OCDE pousse la Belgique à mieux préparer l'après-crise

Etudes économiques de l'OCDE - Belgique, mai 2013.

L'OCDE publie un rapport sur la Belgique à peu près tous les deux ans. Il s'agit du rapport le plus complet publié par une institution internationale sur le pays. Le FMI publie également un rapport régulière, plus ramassé.

Ce n'est pas vraiment un bon bulletin, mais les premières lignes du dernier rapport de l'OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economique) sur la Belgique sont encourageantes. " L'économie belge a bien résisté tout au long de la crise, puisqu'elle a connu une hausse du chômage plus faible que de nombreux pays de l'OCDE " indique le document, présenté ce 7 mai à Bruxelles.

Le taux de chômage se situe en mars à 8,2%, ce qui est moins que la France (11%).

" Mais la reprise est atone " continue le document. La prévision de croissance pour 2013 est identique à celle publiée par la Commission européenne la semaine dernière : 0% et +1,2% l'an prochain.

Pour améliorer la croissance potentielle, le rapport énonce un grand nombre de recommandations aux autorités belges, dont certaines ont déjà été faites les années précédentes, comme la fin progressive de l'indexation automatique des salaires.

Le document approfondi en particulier deux domaines : les soins de santé et la gestion des transports et de la mobilité.

Plus de concurrence entre mutuelles et autoriser les hôpitaux à but lucratif

L'OCDE estime que le vieillissement va peser sur les dépenses de soins de santé et qu'il importe donc d'en améliorer l'efficacité. L'organisation estime que les caisses d'assurance maladie (les mutuelles) devraient jouer un rôle plus actif " à la promotion de l'efficience économique. " " Un premier moyen consisterait à leur permettre d'évaluer et de comparer la performance des hôpitaux et des établissements de soins de longue durée afin de repérer les résultats insuffisants " conseille le document, qui estime que les mutuelles sont cantonnées à un rôle limité à l'administratif.

Le rapport propose même d'organiser, à plus long terme, une " concurrence régulée " entre mutuelles, en regrettant leur faible nombre, ce qui réduit l'émulation.

Sur les hôpitaux, l'OCDE propose de passer d'un système centré sur les remboursements à l'acte à un dispositif par pathologie. Il demande de " flexibiliser l'offre ", surtout pour les soins de longue durée, en proposant même la création d'hôpitaux à but lucratif " qui n'est pas autorisée pour le moment. "

Le rapport estime qu'il n'y a pas lieu d'augmenter les frais à la charge du patient, car ces dépenses " sont élevées par rapport aux moyennes internationales. "

Des tarifs de train variables selon les heures

Pour les transports, l'OCDE s'inquiète de la congestion des infrastructures de transport. Elle conduit " aux heures de pointes à une des certaines des pires situations de congestion observées dans la zone d el'OCDE ". Il recommande l'adoption de péages urbains pour les zones sensibles aux embouteillages. Et des tarifications variables selon les heures pour les chemins de fer, afin d'alléger les pics, comme cela se fait en Grande-Bretagne.

Le rapport critique implicitement la subsidiation des entreprises de transports publics. Il qualifie de " disproportionnée " l'obligation faite à De Lijn de proposer une offre de transport à maximum 500-750 mètres de la résidence de chaque habitant de Flandres. Il critique aussi l'obligation faite à la SNCB de desservir des lignes peu fréquentées, et suggère d'ouvrir ce marché. " Il conviendrait d'étudier la possibilité de satisfaire ces OSP (obligations de service public) par des moyens moins coûteux, comme des cars. " Pour réduire le coût de ces OSP, l'OCDE suggère d'agir par adjudications publiques.

Robert van Apeldoorn

En savoir plus sur:

Nos partenaires