Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

19/11/13 à 10:21 - Mise à jour à 10:21

L'inflation a baissé, mais est toujours plus haute que le rendement offert par les banques

Depuis que la banque centrale européenne a décidé de baisser son taux d'intérêt directeur de 0,5% à 0,25%, il fallait s'attendre à ce que les banques commerciales répercutent rapidement cette baisse leur propre taux...

Et c'est ce qui se passe actuellement. La KBC vient d'annoncer qu'elle allait adapter la rémunération de son compte d'épargne ordinaire dès ce mercredi 20 novembre. Le taux de base sera de 0,45% et la prime de fidélité sera maintenue à 0,15%, ce qui fait un rendement total de 0,6% à peine.

Le 13 novembre dernier, c'était BNP Paribas Fortis et sa filiale Fintro, les leaders de l'épargne en Belgique, qui avaient annoncé une baisse de leurs taux à partir du 1er décembre. En effet, à partir du 1er décembre prochain, les comptes d'épargne de ces deux banques rapporteront au total 0,6% annuel contre 0,7% actuellement.

Bref, vous l'avez compris, aujourd'hui, la plupart des grandes banques offrent du 0,6% comme rendement, il suffit de bêtement additionner le taux de base avec la prime de fidélité pour arriver à ce montant très, très maigre. Je rappelle, par ailleurs, que l'inflation dans notre pays a baissé, mais que cela ne fait toujours pas l'affaire des épargnants, car cette inflation s'élève à 0,63% soit plus que le rendement de 0,6% offert par les grandes banques ! Et donc cette inflation continue de rogner la totalité du rendement de votre épargne !

Mais le plus étonnant dans cette période de taux d'intérêt très bas, c'est que les épargnants continuent à privilégier les grandes banques alors que des petits acteurs, notamment des banques on line, offrent de meilleurs rendements ! La plupart de ces banques proposent du 2%, soit 3 fois plus que le compte d'épargne classique des grandes banques.

Parmi les explications avancées pour justifier cet immobilisme des épargnants, il y a d'abord le fait que les Belges semblent frileux, ils se disent que comme les taux d'intérêt sont bas, cela ne sert à rien de changer ; autrement dit, l'herbe n'est pas plus verte ailleurs, ce qui est faux ! Et puis, certains épargnants ont peur de perdre leur prime de fidélité en changeant de banque, mais là encore, à quoi sert une prime de fidélité de 0,1% à peine par an, si ce n'est à vous bloquer inutilement dans la banque en question ?

Sans doute un troisième élément joue, c'est que certaines petites banques sont moins connues, et le Belge a été échaudé par la crise, et donc, à tort ou à raison, il donne un avantage aux banques qui ont une plus grande notoriété... Mais en attendant, et en ne bougeant pas ou trop peu, son épargne s'évapore lentement mais sûrement.

Nos partenaires