L'industriel français Serge Dassault en garde à vue

19/02/14 à 10:31 - Mise à jour à 10:31

Source: Trends-Tendances

(Belga) L'industriel français Serge Dassault, qui a perdu la semaine dernière son immunité parlementaire de sénateur, a été mis en garde à vue mercredi dans une affaire d'achats présumés de voix alors qu'il était maire, a indiqué à l'AFP une source judiciaire.

L'industriel français Serge Dassault en garde à vue

Le sénateur, âgé de 88 ans, propriétaire du quotidien conservateur Le Figaro, est interrogé à Nanterre, près de Paris. Il est soupçonné d'avoir utilisé sa fortune pour assurer son élection à Corbeil-Essonnes, municipalité proche de Paris, ce dont il se défend. Le Sénat avait prononcé le 12 février la levée de l'immunité du sénateur de droite UMP (Union pour un mouvement populaire, opposition), ouvrant ainsi la voie à une garde à vue. "Même si cette levée d'immunité provoque mon placement en garde à vue, je suis prêt à affronter cette épreuve", avait réagi M. Dassault, dont le groupe aéronautique commercialise les avions d'affaires Falcon ainsi que les avions de combat Mirage et Rafale. "Je pourrai démontrer ma totale innocence de ces soi-disant achats de votes, accusations inventées de toutes pièces par certains de mes adversaires politiques", avait-il ajouté. Les enquêteurs s'intéressent aux scrutins municipaux de 2008, 2009 et 2010, remportés par l'industriel français, puis par son bras droit, Jean-Pierre Bechter. La plus haute juridiction administrative française, le Conseil d'Etat, avait annulé l'élection de 2008 en tenant pour "établis" des dons d'argent aux électeurs, sans se prononcer sur leur ampleur. Jean-Pierre Bechter et deux autres personnes ont déjà été inculpés dans cette affaire. Mi-septembre, les avocats de M. Dassault avaient estimé que leur client était "l'objet, depuis plusieurs années, de demandes pressantes de remise d'argent par divers individus qui avaient été informés de sa générosité". Il lui est arrivé "d'accorder un soutien financier, mais toujours en dehors de toute démarche électorale", avaient-ils affirmé. (Belga)

Nos partenaires