Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

18/09/12 à 10:50 - Mise à jour à 10:50

L'implosion de l'euro n'a pas eu lieu

C'est lundi, et plutôt que de répondre à vos collègues de bureau le traditionnel : "comme un lundi !", à la question toute aussi traditionnelle : "comment vas-tu ?", je vous propose de dire à vos amis que les choses vont beaucoup mieux pour la zone euro, vous verrez leur regard étonné, genre "est-ce que j'ai raté quelque chose dans l'actualité ?" et là vous aurez beau jeu d'expliquer : que "oui", la probabilité d'une implosion de l'euro s'est éloignée.

C'est lundi, et plutôt que de répondre à vos collègues de bureau le traditionnel : "comme un lundi !", à la question tout aussi traditionnelle : "comment vas-tu ?", je vous propose de dire à vos amis que les choses vont beaucoup mieux pour la zone euro, vous verrez leur regard étonné, genre "est-ce que j'ai raté quelque chose dans l'actualité ?" et là vous aurez beau jeu d'expliquer : que "oui", la probabilité d'une implosion de l'euro s'est éloignée.

La presse économique le confirme et le démontre en quelques points. Première bonne nouvelle, le pire n'a pas eu lieu. Souvenez-vous de que ce la presse économique disait cet été, que les banquiers préparaient des scénarios de sortie de la zone euro, que des traders ne pouvaient pas partir en congé cet été à cause d'une éventuelle implosion de l'euro, que l'Italie et l'Espagne ne passeraient pas l'été à cause des spéculateurs - etc., etc.,...

Et puis, Mario Draghi, le président de la banque centrale est intervenu en disant qu'il ferait tout ce qui était nécessaire pour sauver l'euro. Le 6 septembre dernier, il a tenu parole et a pris des mesures pour diminuer les taux d'intérêt de l'Espagne et de l'Italie, et même si ces deux pays doivent encore faire le ménage dans leurs finances publiques, ils sont sauvés pour quelque temps.

Deuxième bonne nouvelle : tout le monde disait que les juges de la cour constitutionnelle allemande allaient mettre des bâtons dans les roues des mécanismes de sauvetage de l'euro. Comme vous le savez, des particuliers allemands ne veulent pas que l'Allemagne sauve l'euro sous prétexte que cela va coûter de l'argent au contribuable allemand et ils ont donc saisi la cour constitutionnelle pour annuler ces mécanismes de sauvetage.

Finalement, la semaine dernière, les juges allemands ont validé ces mécanismes de sauvetage de l'euro, ne les jugeant pas anticonstitutionnels. Bref, tout le monde a poussé un "ouf" de soulagement, et les spéculateurs ont cessé de jouer sur l'éclatement de la zone euro. Vous le voyez, tout n'est pas perdu et l'Europe finit toujours par s'en tirer.

Nos partenaires