Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

19/12/12 à 12:54 - Mise à jour à 12:54

L'Europe a réalisé un pas de géant cette année

La fin de l'année approche et je m'en voudrais de ne pas vous dire que l'Europe, malgré tous ses défauts a réalisé un pas de géant cette année. Comment ? En décidant d'avoir un seul superviseur, autrement dit, un seul gendarme financier pour les banques européennes.

Quand je dis cela, je vise essentiellement ce que les financiers appellent dans leur jargon les banques systémiques, en clair, les banques qui, si elles devaient faire faillite, entraineraient dans leur sillage les Etats dans lesquelles sont localisés les sièges centraux de ces banques !

Première question, légitime : en quoi est-ce un plus d'avoir un gendarme européen plutôt qu'un gendarme national ? Bonne question et la réponse est claire : on l'a vu avec la Grèce, et on l'a aussi vu avec l'Espagne : dans chacun de ces deux cas, la situation réelle des banques de ces pays a été sinon embellie, du moins sous-estimée.

En donnant le contrôle au niveau européen, on va éviter ce genre de cachotteries à l'avenir. C'est donc une très bonne nouvelle que l'Europe ait décidé d'avoir un seul superviseur bancaire à partir du 1er mars 2014. C'est un pas de géant et le commissaire européen Michel Barnier doit être fier d'avoir réussi à fédérer les Européens autour de ce projet !

Si j'en parle aujourd'hui, c'est parce qu'on critique toujours l'Europe, or, celle-ci avance. Alors comme le dit le financier Alain Minc, elle avance en crabe, ce qui n'est pas une démarche élégante, mais elle avance. Parmi les mauvaises nouvelles qui alimentent trop souvent les médias, il fallait aussi dire en cette fin d'année que l'Europe, une fois de plus, au bord du précipice, a évité le pire.

Nos partenaires