Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

12/10/10 à 13:19 - Mise à jour à 13:19

L'euro flambe : les raisons en 2 questions

L'euro flambe face au dollar depuis plusieurs mois déjà, grimpant de 18 % en quatre mois seulement. Cela pose au moins deux questions.

L'euro flambe face au dollar depuis plusieurs mois déjà, grimpant de 18 % en quatre mois seulement. Cela pose au moins deux questions.

Est-ce dangereux pour nos exportations ? Oui. Si cette flambée de l'euro perdure, ce sont autant de parts de marché que les exportateurs de la zone euro risquent de perdre. Même si les entreprises ont réalisé de grands progrès pour abaisser leurs coûts et se rendre plus compétitives, tous ces efforts de plusieurs années peuvent être anéantis par une hausse de l'euro de quelques mois !

Ne crions toutefois pas déjà au loup. En juillet 2008, l'euro a atteint le niveau de 1,60 dollar et le monde ne s'est pas effondré. En réalité, plus que le niveau de la parité euro/dollar, ce qui embête le plus nos entreprises exportatrices, c'est la volatilité de l'euro face au dollar, qui fausse leurs calculs.

Il est toutefois vrai qu'un euro durablement fort peut provoquer des délocalisations. Officiellement, les entreprises qui s'établiraient dans une zone dollar diraient qu'elles le font pour être plus proches des marchés. En réalité, elles le feraient aussi pour éviter les fluctuations brutales des devises.

En conclusion, lorsqu'une guerre des monnaies a lieu - comme c'est le cas aujourd'hui - la variable d'ajustement, autrement dit la "victime", ce sont les emplois à travers de possibles délocalisations.

Pourquoi l'euro flambe-t-il alors qu'on le disait moribond voici quelques mois encore, avec les problèmes de la Grèce et plus récemment de l'Irlande ? Réponse : parce que la banque centrale américaine a avoué qu'elle achèterait de la dette publique américaine si celle-ci ne trouvait pas preneur sur le marché.

Cela signifie que la Réserve fédérale imprimera des billets en masse pour acheter des obligations de l'Etat américain et que ces dollars, qu'on pourrait qualifier d'"artificiels", auront moins de valeur. Voilà pourquoi les investisseurs s'en méfient et optent pour d'autres devises dont l'euro.

Ajoutons à cela le fait que les Américains laissent filer sciemment leur monnaie car ils veulent doubler leurs exportations en moins de 10 ans. Au détriment des autres pays, bien entendu. A l'inverse de la Bourse, quand une monnaie baisse sur le marché des changes, c'est qu'une autre va augmenter. On peut donc dire que la "guerre des monnaies" n'est que la traduction monétaire du "chacun pour soi et Dieu pour tous".

Nos partenaires