Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

06/12/12 à 10:32 - Mise à jour à 10:32

L'étrange pouvoir de l'argent

Désormais, les jeunes médecins français qui voudront s'installer dans les déserts médicaux seront assurés de gagner au minimum 55.000 euros par an. Concrètement, l'État leur versera la différence entre cette somme et ce qu'ils gagnent, pendant une durée de deux ans, soit le temps qu'ils se constituent une patientèle.

Ce coup de pouce vise à inciter les médecins indépendants à tenter leur chance ailleurs que dans les grandes villes. Ces jeunes médecins viendront donc prêter main-forte à des généralistes proches de la retraite, dans la perspective de leur succéder. C'est également une manière indirecte de lutter contre le trou de la sécu.

Au même moment, la Grande-Bretagne, elle, annonce qu'elle continue d'attirer les milliardaires du monde entier, et en particulier, les milliardaires russes et chinois ! Tous ces milliardaires - surtout les Russes - sont attirés par un passeport européen, qu'il devient de plus en plus difficile d'obtenir. Surtout depuis que Poutine est revenu au pouvoir et qu'il a rendu certains dissidents un peu plus nerveux que d'habitude.

Pour attirer ces milliardaires, la Grande-Bretagne a des atouts : son système juridique stable et transparent, et par-dessus tout : Londres, la ville la plus électrisante d'Europe. Son immobilier de luxe n'a pas baissé malgré la crise, et puis, aussi ses écoles privées - qui coûtent un porte-avion - mais toujours très bien cotées. Pour bénéficier de tout cela, que faut-il faire ? S'engager à investir, au minimum, 1 million de livres sterling dans des actions, des obligations ou dans le capital de sociétés britanniques. Autrement dit : vous apportez du cash, et nous vous donnons un visa spécial qui vous permet de rester à Londres pour quelques années. Si vous donnez entre 5 et 10 millions de livres sterling, là, c'est le jackpot, vous aurez probablement le droit de rester ad vitam aeternam ainsi que vos enfants.

C'est cela la vie aujourd'hui : d'un côté, 7 ans de médecine pour s'expatrier au fin fond du Larzac, et de l'autre côté 1 million de livres sterling pour s'acheter un visa permanent et expulser les Londoniens de souche encore plus loin en banlieue... Cherchez l'erreur.

Nos partenaires