Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

25/07/14 à 13:54 - Mise à jour à 13:54

L'Etat fédéral pourrait récolter 750 millions d'euros mais personne n'a envie de faire des efforts pour récupérer cette somme!

L'Etat fédéral pourrait récolter 750 millions d'euros, mais visiblement, personne au sommet de notre Etat n'a envie de faire des efforts pour récupérer cette somme ! C'est plutôt étonnant comme information, mais elle est exacte. En plus, c'est une fonctionnaire de l'administration du fisc qui a tiré la sonnette d'alarme depuis quelques jours déjà.

En réalité, ce dossier est assez simple à comprendre. Souvenez-vous, l'an dernier, le gouvernement a mis en place une dernière amnistie fiscale pour tenter de récolter encore un peu d'argent auprès des Belges qui avaient encore de l'argent noir à l'étranger. Cette amnistie a plutôt été efficace puisqu'au dernier décompte, elle a ramené plus de 800 millions d'euros dans les caisses de l'Etat.

Mais voilà, ce montant de 800 millions n'est qu'une partie de ce qui peut être récupéré. Il reste encore 9.000 dossiers de fraudeurs repentis à traiter et ces 9.000 dossiers pourraient rapporter à la louche 750 millions d'euros. Or, ces 750 millions d'euros pourraient échapper aux caisses de l'Etat : comment ?

Tout simplement parce que le fisc a été débordé l'an dernier par le nombre impressionnant de demandes de régularisation dans le cadre de cette dernière amnistie fiscale. Le service concerné a pu heureusement compter sur l'embauche temporaire d'une centaine de jeunes universitaires issus d'autres départements et qui ont pu faire un travail remarquable. Le drame pour le fisc, c'est que depuis le 31 mars 2014, ces effectifs supplémentaires lui ont été retirés, de sorte que le service du fisc en charge de l'amnistie fiscale se retrouve avec 26 agents en tout et pour tout. Ce service est donc incapable physiquement de traiter les 9.000 dossiers qui restent encore en suspens !

Comme toujours, dans ce genre de cas, les responsables gouvernementaux se rejettent la patate chaude sur l'air connu de " c'est pas moi, mais à cause de lui". Pendant ce temps-là, il y a aussi des milliers de contribuables belges qui sont dans l'angoisse car comme leur dossier n'a pas été traité, ils n'ont pas reçu leur attestation et donc théoriquement, ils restent passible de poursuites judiciaires... Au final, personne n'est content ! Espérons que ce dossier est en voie de "régularisation".

Nos partenaires