Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

15/03/13 à 08:51 - Mise à jour à 08:51

L'élection papale, un sacré clin d'½il à l'actualité économique

L'élection d'un nouveau pape a suscité beaucoup de commentaires. De jeunes chrétiens présents à Notre-Dame à Paris n'avaient qu'une question à la bouche lorsqu'ils ont appris la nouvelle : "quel âge a-t-il"? Et lorsque la correspondante de TF1 leur a dit "76 ans", ils ont sobrement indiqué qu'ils allaient prier pour qu'il réussisse sa mission. Manière polie de dire qu'ils étaient déçus.

D'autres sont, au contraire, soulagés de voir que l'Eglise a choisi son chef parmi un "ami des pauvres", et voient donc avec beaucoup de soulagement un candidat doté d'une forte "conscience sociale" prendre les rênes de l'Eglise catholique au moment où celle-ci reste fortement ébranlée par le scandale "Vatileaks".

D'autres encore, comme c'est le cas de Bernard Kepenne, l'économiste en chef de la banque CBC, y voit des similitudes avec la crise et le contexte économique actuel. Tout d'abord, constate Bernard Keppenne, "l'Église se modernise et a bien compris le rôle des médias et a donc judicieusement arrêté son choix pour pouvoir réaliser l'apparition du Pape à l'heure des grandes écoutes."

Mais surtout, l'Église est entrée, elle aussi, à l'heure de la mondialisation en désignant un Argentin à sa tête. Même si l'Argentine n'a pas le dynamisme économique d'un pays comme le Brésil ou la Chine, c'est tout de même un signal que les pays émergents comptent aujourd'hui autant que la vieille Europe !

Et puis, cette élection papale est un sacré clin d'oeil à l'actualité économique. En choisissant un Pape plus simple, qui incarne une forme de retour aux sources après des périodes plus fastes, fait furieusement penser au nécessaire retour à une croissance plus saine après avoir connu une croissance achetée à crédit et qui, comme vous le savez, nous a conduit à la crise que nous vivons actuellement. Autrement dit, cette élection d'un Pape plus simple, plus social en pleine période d'austérité est pleine de symboles.

Finalement, un dernier constat de la part de l'économiste en chef de la banque CBC : en élisant un Pape de 76 ans, l'Église nous envoie, au fond, un message simple : que l'on va devoir s'habituer à travailler plus longtemps et que l'âge de la prise de pension s'éloigne chaque jour un peu plus, voilà, à défaut d'être d'accord avec tout ce que j'ai dit, vous pourrez au moins challenger vos amis ce weekend avec cette comparaison quelque peu originale.

Nos partenaires