Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

27/02/12 à 10:37 - Mise à jour à 10:37

L'effort budgétaire des Belges

L'effort budgétaire que les Belges devront accomplir va augmenter de 2 milliards d'euros. C'est le chiffre officiel qui est sorti ce dimanche d'une réunion autour du premier ministre Elio Di Rupo.

L'effort budgétaire que les Belges devront accomplir va augmenter de 2 milliards d'euros. C'est le chiffre officiel qui est sorti ce dimanche d'une réunion autour du premier ministre Elio Di Rupo. Question évidente : pourquoi faire un effort supplémentaire de 2 milliards d'euros, alors que le gouvernement vient tout juste de trouver 11 milliards d'euros avant les fêtes de fin d'année !

Réponse : parce que le budget de 2012 avait prévu que la croissance de notre pays serait de 0,8% par an, ce qui est déjà pas terrible, et au final, on n'aura même pas 0,8% de croissance, mais sans doute à peine 0 %, donc une croissance nulle. Les 11 milliards prévus fin de l'année dernière pour réduire notre déficit ne suffiront donc pas, et il faudra en rajouter 2 milliards. Bien entendu, la faiblesse de la croissance n'est pas la seule raison qui explique cette recherche d'argent supplémentaire. Le gouvernement se rend également compte que certaines mesures prises fin 2011 ne rapporteront pas l'argent prévu.

Je vous donne un seul exemple même si on en parle peu - c'est la fameuse taxe de 4% qui frappe les Belges qui ont des revenus mobiliers supérieurs à 20.020 euros. Pour garder leur anonymat et pour ne pas payer cette taxe, les Belges concernés par cette fameuse taxe de 4% ont vendu leurs actions individuelles et les ont remplacées par des parts de sicavs de capitalisation. En agissant de la sorte, ils échappent légalement à la taxe des 4%, mais ils échappent également légalement au précompte mobilier vu que ces sicav de capitalisation jouent sur la plus-value et non pas sur le rendement.

Et comme vous le savez, dans notre beau pays, cette plus-value n'est pas taxée ou pas encore. L'Etat fédéral qui escomptait ramasser 134 millions d'euros via cette mesure, n'en verra sans doute qu'une miette, du fait de ce changement d'attitude des épargnants concernés. En favorisant les sicav d'actions au détriment des actions détenues en direct par les Belges, le gouvernement fait du même coup un superbe cadeau aux banques qui n'en demandaient pas tant. La nouvelle taxation vaut la meilleure campagne de marketing pour n'importe quelle banque belge. Je ne sais pas si c'était voulu, mais le résultat est là.

Nos partenaires