L'ancien patron de la RBS aurait tenté de stopper la dévastatrice reprise d'ABN Amro

01/06/14 à 19:17 - Mise à jour à 19:17

Source: Trends-Tendances

(Belga) L'ancien patron de la Royal Bank of Scotland (RBS), Fred Goodwin, a tenté à plusieurs reprises d'arrêter en dernière minute la reprise d'ABN Amro par sa banque, l'espagnole Santander et la belge Fortis, peut-on lire dans un nouveau livre consacré à la faillite de la RBS. Le livre, intitulé "Shredded" et écrit par le journaliste Ian Fraser, relate une double tentative de Goodwin de persuader ses partenaires de consortium de renoncer au rachat d'ABN Amro, finalement conclu en 2007 pour environ 72 milliards d'euros.

Toujours selon le livre, les doutes de Goodwin auraient été causés par le rachat par la Bank of America de la filiale d'ABN Amro, LaSalle. Le patron de la RBS estimait que LaSalle était l'élément le plus intéressant du groupe, et aurait donc voulu renoncer au rachat d'ABN Amro après l'avoir vu partir dans un autre giron. Fortis et Santander auraient convaincu Goodwin que la transaction ne pouvait pas être laissée de côté, un accord juridique ayant déjà été signé, selon l'auteur de "Shredded". La crise financière et la reprise d'ABN ont finalement entrainé pour RBS d'énormes pertes financières, tout comme elles l'ont fait pour Fortis. Après avoir battu tous les records britanniques en termes de pertes, la Royal Bank of Scotland avait finalement dû être sauvée in extremis par les autorités. Fred Goodwin a quitté la RBS en 2009, empochant au passage un confortable matelas annuel d'environ 700.000 livres sterling, ce qui avait provoqué un tollé dans la population britannique. Une action en justice est aujourd'hui en cours en Belgique. Elle oppose plusieurs milliers d'actionnaires à Ageas (ex-Fortis) et à BNP Paribas Fortis (ex-Fortis Banque). Les actionnaires reprochent notamment au groupe de ne pas les avoir correctement informés à l'époque, lors de son augmentation de capital destinée à réaliser l'OPA sur ABN Amro. Fortis aurait notamment caché les risques ainsi créés par son exposition aux subprimes. (Belga)

Nos partenaires