Vincent Callebaut, en vert et contre tout

12/10/16 à 14:13 - Mise à jour à 14:12

Il imagine la ville de demain peuplée de gratte-ciel ondulants, bardée de matériaux intelligents et recouverte de verdure. Une utopie à mi-chemin entre Avatar et Jules Verne ? Non, rétorque l'architecte belge qui construit sa première tour révolutionnaire en ce moment même à Taïwan et projette de métamorphoser Bruxelles.

RENAUD CALLEBAUTVincent CallebautDepuis un an, il fait toutes les radios, toutes les télés, de TF1 à France 2. Dans le milieu médiatique français, si prisé, tant convoité, le Belge Vincent Callebaut (39 ans) s'est fait modestement un nom. Ou plutôt une image. Celle de l'architecte utopiste qui rêve de bâtir des villes nouvelles où le vert aurait remplacé le gris. Des métropoles envahies par les plantes et les arbres pour absorber les émissions de carbone et contrecarrer le réchauffement climatique. La fameuse ligne rouge des 2 °C de trop que le visionnaire propose de repousser grâce à des immeubles bardés de matériaux intelligents combinés à des forêts de potagers verticaux et des hectares de plantes suspendues. "Tout ce que je propose est aujourd'hui réalisable. Rapatrier l'agriculture en ville n'est plus une utopie. Ce n'est pas Avatar 2", assure l'ambitieux bâtisseur qui vient de livrer une étude de faisabilité pour métamorphoser le Botanic Center, un bâtiment au centre de Bruxelles. Il projette d'y installer une ferme solaire en forme de chrysalide, capable de produire l'électricité de ses usagers.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires