Villas avec jardin: sept années de vaches maigres

21/08/14 à 11:07 - Mise à jour à 11:07

Source: Trends-Tendances

Un peu partout en Belgique, l'activité immobilière tourne au ralenti... et l'actuel tassement des prix ne décide pas toujours l'acheteur potentiel. Durant 4 jours, Trends-Tendances décrypte ces résultats par types de biens immobiliers. Aujourd'hui : place aux villas avec jardin, premier segment à avoir ressenti ce ralentissement du marché immobilier belge.

Villas avec jardin: sept années de vaches maigres

Plombé depuis plus de cinq ans déjà par endroits, le marché de la villa avec jardin battait de l'aile avant tous les autres, directement touché par la hausse des prix des produits pétroliers et les nouvelles normes énergétiques dans le bâtiment.

Ce sont les provinces de Brabant wallon et de Liège qui avaient montré les premiers signes de faiblesse généralisés, avant d'être suivies par les autres. Premières touchées : les villas désuètes, de plus de 30 ans, construites sur un grand terrain difficile à entretenir, souffrant de plein fouet de la concurrence des 'quatre façades' construites aux standards actuels pour un prix moins élevé.

Il faut bien constater que, hormis par endroits et plutôt sur le haut de gamme, la villa d'après-guerre avec jardin n'a toujours pas retrouvé preneur. Hausse excessive des prix, crise économique et fiscalité incertaine sont passés par là et touchent davantage encore ce segment que les autres, sur le marché de l'occasion. Résultat : sur cinq ans, la villa avec jardin a vu son prix de référence chuter en moyenne de -20% à Bruxelles et a été gelé ailleurs. Au mieux... Dans plus d'un tiers des communes belges, ce type de bien est toujours bradé en 2014. Quand il trouve preneur... Car dans un tiers des communes (+- 200), il n'y a tout simplement plus de prix de référence affiché, parfois depuis plusieurs années.

Au rayon des 'dégriffes' wallonnes les plus marquantes ces six derniers mois, pointons Hastière (-47% à 80.000 euros), Nivelles (-28% à 300.000 euros), Somme-Leuze (-25% à 172.000 euros) ou, sur la frontière linguistique, Hoeilaart (-24% à 390.000 euros). Dans la plupart de ces localités, on était monté trop haut et on est retombé trop bas par endroits. Cela devrait donc remonter sous peu, si l'environnement économique et politique le suscite. La bonne nouvelle est que, dans ces quelque 220 localités belges où on brade les villas, on passe à l'acte et on fait affaire.

Enfin, on nuancera ce tableau général très sombre en mentionnant que dans un tiers des communes belges, la villa avec jardin se négocie avec des plus-values parfois à deux chiffres. Et on relèvera que, dans plus de 100 localités, la valeur décennale de la villa enregistre une hausse de plus de 50%. Ailleurs, c'en est même à y perdre son latin : sur les six derniers mois comptabilisés par le SPF Economie, le prix de la villa avec jardin fait un bond de 47% à Woluwe-Saint-Pierre, sur 24 transactions recensées, à 1.395.000 euros, après une décote de -20% en 2013. A Rhode-Saint-Genèse, Sprimont, Neupré, Walhain, Péruwelz, Durbuy ou Aywaille, les prix actuellement pratiqués font un bond de 25 à 30%.

Demain : le terrain à bâtir

Philippe Coulée

Pour en savoir plus, ne manquez pas notre guide immobilier, en vente avec Trends-Tendances dès le 28 août Dans ce Guide immobilier de 132 pages, nous consacons comme d'habitude une large part à l'évolution du marché secondaire (prix des maisons, villas, terrains et appartements commune par commune) au cours du premier semestre 2014.

Mais, comme nous en avons pris l'habitude, nous analysons également, exemples récents à l'appui, l'évolution du marché de l'appartement neuf, district par district grâce au baromètre établi par le bureau de Crombrugghe & Partners.

Nos partenaires