Val-Benoît : les détails du projet de réhabilitation

11/06/12 à 16:50 - Mise à jour à 16:50

Source: Trends-Tendances

Le futur site du Val-Benoît sera "un parc d'activité économique de nouvelle génération" et se présente "un peu comme une île, entourée de frontières" qu'il s'agit, pour le bureau d'architecture Baumans-Deffet, de "rendre poreuses".

Val-Benoît : les détails du projet de réhabilitation

L'intercommunale de développement économique liégeoise Spi a présenté lundi le projet de réhabilitation de l'ancien site universitaire du Val-Benoît, à Liège. Le bureau d'architecture Baumans-Deffet, en association momentanée avec plusieurs bureaux d'étude, a été officiellement désigné comme auteur de projet, après qu'un recours en suspension contre cette désignation d'un concurrent évincé eut été rejeté.

L'auteur de projet a maintenant cent jours ouvrables pour finaliser celui-ci, mais sa "philosophie générale" a été présentée. "Le site est un véritable morceau de ville et sera donc un parc d'activité économique de nouvelle génération, souligne Arlette Baumans pour les auteurs de projet. Le site se présente un peu comme une île, entourée de frontières, et nous voulons les rendre poreuses."

Ce qui sera fait, sans doute, grâce à des circulations piétonnes en hauteur, de larges espaces publics entre les bâtiments rénovés et l'un ou l'autre geste architectural fort, comme des tours de logement. "Tout cela doit cependant être affiné, notamment via un schéma de structure", précise Julien Mestrez, président de la Spi.

L'ancien site universitaire du Val-Benoît, au sud de la ville, est un site de 7,8 hectares comprenant plusieurs bâtiments. Trois d'entre eux ont déjà été rénovés et accueillent le Forem et l'école d'acteurs du Conservatoire de Liège. La Spi en transformera deux autres en bâtiments et bureaux pour entreprises, sur 35.000 m². Des promoteurs privés sont par ailleurs intéressés par le développement du logement sur le site.

La première phase du projet, la transformation en espace pour entreprise du bâtiment du Génie civil, devrait débuter en 2014 pour un coût de 25 millions d'euros (dont 20 millions de subsides wallons). L'investissement global sur le site est estimé à 80 millions d'euros.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires