Uplace : le gouvernement flamand s'accorde sur le plan d'exécution spatial

14/02/15 à 09:26 - Mise à jour à 09:25

Source: Belga

Le gouvernement flamand a trouvé un accord vendredi soir sur le plan d'exécution spatial relatif au complexe commercial Uplace, qui doit voir le jour à Machelen (Brabant flamand) entre Haren et Vilvorde.

Uplace : le gouvernement flamand s'accorde sur le plan d'exécution spatial

© PG

Afin d'écarter les problèmes liés à l'environnement et à la mobilité, la superficie réservée aux petits commerces a été réduite d'un tiers dans la région. En revanche, la surface commerciale destinée au complexe Uplace lui-même reste inchangée. C'est ce qui ressort du nouveau plan d'exécution spatial, qui devait être rectifié à la suite de plusieurs objections, en termes de mobilité notamment, émises l'année dernière par le Conseil d'Etat.

"Nous avons réduit d'un tiers la superficie dédiée aux petits commerces et demandons des garanties en termes de transports publics avant de donner un feu vert définitif aux activités génératrices de trafic", commente la ministre flamande de l'Environnement Joke Schauvliege (CD&V). "Les conditions sont la mise en place d'une ligne de transport en commun à haute fréquence ainsi que d'une gare ferroviaire", poursuit-elle. La superficie du projet Uplace reste quant à elle inchangée par rapport au précédent plan d'exécution spatial, avec 55.000 mètres carrés destinés aux commerces, loisirs, hôtels, etc.

Le Conseil d'Etat avait rejeté le précédent plan d'exécution, arguant notamment que le gouvernement flamand agissait, dans ce dossier, comme juge et partie. Selon le ministre flamand Philippe Muyters (N-VA), le nouveau plan d'exécution a été "affiné" afin de répondre aux critiques précédemment émises. Une enquête publique, d'une durée de six mois, doit maintenant être réalisée.

Les objections et commentaires éventuels seront soumis à l'automne 2015 au gouvernement flamand qui, après cette échéance, pourra établir le plan d'exécution de façon définitive. Les premières réactions à l'accord engrangé vendredi soir n'ont pas tardé à fuser. "Avec cette décision, le gouvernement N-VA, CD&V et Open Vld dévoile son vrai visage.

La santé, la mobilité et les petits entrepreneurs sont négligés au profit de mégaprojets. Le gouvernement n'est pas du côté des Flamands, mais de celui d'une poignée de magnats aux idées rétrogrades", a affirmé le député Groen Hermes Sanctorum, dont le parti demande à ce qu'un débat soit mené sur la question.

L'association Touring a également regretté l'accord, assurant que le nombre d'heures perdues dans les embouteillages sur le ring de Bruxelles ne ferait qu'augmenter avec l'implantation du complexe commercial à Vilvorde. Selon l'association, les files devraient s'allonger de 4 kilomètres par jour.

De son côté, le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) critique aussi l'accord, qui aboutit à une sorte de "Uplace light" qui met en danger les petits commerces. "Mettre en oeuvre des politiques signifie faire des choix et ne pas manger à tous les râteliers. C'est faire un choix entre des projets mégalomanes qui cannibalisent totalement le commerce local et sont en plus néfastes pour la mobilité et l'environnement, et des projets qui agissent vraiment sur le renforcement du commerce de détail local", réagit le SNI.

Enfin, l'Union flamande des entrepreneurs indépendants Unizo a estimé que le projet allait à l'encontre de la volonté du gouvernement flamand d'investir dans des politiques visant à revitaliser les centres-villes. L'organisation craint que ces derniers soient délaissés et cherche des solutions pour limiter autant que possible les dégâts sur les petits commerces qui s'y trouvent.

En savoir plus sur:

Nos partenaires