Uplace : le consommateur soutient le projet

19/03/12 à 12:29 - Mise à jour à 12:29

Source: Trends-Tendances

Uplace : l'ignorance crée l'indifférence mais le projet bénéficie malgré tout du soutien du consommateur, conclut une enquête de la Vlerick School et InSites Consulting.

Uplace : le consommateur soutient le projet

Le projet Uplace, dont il a été régulièrement question dans les médias ces dernières semaines, semble s'être érigé en symbole d'une nouvelle génération de centres commerciaux. Mais est-il soutenu ou rejeté par le public belge ? Une récente étude Vlerick School/InSites Consulting sur le commerce en Belgique répond à la question.

Pour le Belge moyen, Uplace n'est pas (encore) vraiment une réalité : 51% d'entre eux indiquent n'en avoir encore jamais entendu parler, conclut cette enquête. "Ici aussi, la langue semble jouer un grand rôle : seuls 28 % des Néerlandophones ne connaissent pas le projet, contre 85 % des Francophones. En Région wallonne, ce chiffre monte même jusqu'à 91 % !"

Ce facteur joue également un rôle dans le Brabant flamand, où seuls 14 % des répondants néerlandophones n'ont jamais entendu parler de Uplace, contre près de 50 % des répondants francophones.

Pour le professeur Van Ossel, professeur à la Vlerick School et coauteur de l'enquête, ces résultats reflètent la différence au niveau de l'implication : "Les personnes vivant dans les environs sont mieux informées. Et vu qu'Uplace se situe en Région flamande, les médias du nord du pays y sont beaucoup plus attentifs que les francophones. Il est clair que, pour le Wallon moyen, Uplace n'est pas la porte à côté."

Cette ignorance entraîne une indifférence relativement importante chez le Belge moyen (41 %). Dans le Brabant flamand, le nombre d'indifférents est beaucoup plus réduit (25 %).
Mais quoi qu'il en soit, beaucoup plus de personnes sont positives et pas négatives sur Uplace. Dans le Brabant flamand, 49 % des gens se sentent concernés par Uplace, contre 29 % qui ne s'y intéressent pas.

"Etant donné que des groupes de pression et certaines administrations locales avancent principalement des inconvénients, on pourrait avoir l'impression que l'opinion publique s'oppose au projet Uplace, mais ces résultats prouvent le contraire, rétorque le Pr Van Ossel. Beaucoup de gens font souvent du shopping, c'est pourquoi ils accueillent favorablement un projet de centre commercial nouveau et innovant, d'autant plus qu'ils habitent à proximité, et bien qu'Uplace reste inévitablement une idée relativement abstraite, vu qu'il n'existe encore que sur papier."

Quoi qu'il en soit, Uplace suscite la curiosité. Près de 43 % de tous les répondants (de toute la Belgique) ont l'intention de visiter Uplace au moins une fois pour le voir de ses propres yeux. Dans le Brabant flamand, ce pourcentage va jusqu'à 60 %, et même jusqu'à 66 % en Région bruxelloise.

La proximité joue ici un grand rôle :

- 57 % de tous les répondants estiment qu'Uplace est trop éloigné pour s'y rendre régulièrement.

- Parmi les 30 % de répondants qui ne souhaitent pas visiter Uplace une seule fois, 72 % trouvent qu'il est trop loin.

- Seuls 29 % des habitants du Brabant flamand estiment qu'il est trop loin.

Enfin, seuls 17 % des répondants sont d'avis que les autorités devraient interdire une initiative telle qu'Uplace. 38 %, soit deux fois plus de personnes, s'opposent à une telle interdiction. Le groupe le plus important (45 %) n'a aucune opinion à ce sujet.

Trends.be

Nos partenaires