Tour des Finances de Liège : Le projet viole-t-il la loi fédérale?

07/09/12 à 09:57 - Mise à jour à 09:57

Source: Trends-Tendances

En réaction à un article paru ce jeudi dans un quotidien, le Cabinet du ministre wallon de l'Urbanisme et de l'Aménagement du Territoire, Philippe Henry, souhaite apporter des clarifications.

Tour des Finances de Liège : Le projet viole-t-il la loi fédérale?

© Befimmo

"Ce qui est relaté tient, une fois encore, de rumeurs infondées, notamment en ce qui concerne la hauteur de la future tour Paradis censée accueillir le Service public fédéral des Finances. Rien de nouveau donc, hormis la réaction de l'Auditrice du Conseil d'Etat. Et sur ce point-là, nous nous étonnons que cet avis soit répercuté unilatéralement avant même qu'un arrêt soit rendu par le Conseil d'Etat et sans que le principal incriminé soit consulté", réagit-on à chaud.

Sur le fond, accusé d'avoir délivré à la Sicafi Befimmo, le propriétaire, un permis qui violerait la loi fédérale sur la motivation des actes administratifs, le Ministre rétorque que nulle part, dans le Périmètre de remembrement urbain (PRU) dans lequel s'inscrit le projet, on ne stipule de hauteur précise.

"Il est juste mentionné que le long de l'esplanade, une ou quelques émergences ponctuelles, d'échelle métropolitaine, seront autorisées, avec une hauteur plus élevée répondant au gabarit de la gare ou des immeubles des quais. Et que le bâtiment concerné doit avoir une dimension exemplaire qui l'intègre dans un ensemble architectural.

Cette phrase est bien sûr soumise à interprétation. C'est le Conseil d'Etat qui tranchera (d'ici la fin septembre, NDLR) pour déterminer si oui ou non il y a lieu d'annuler l'arrêté ministériel du 10 février dernier. Pour notre part, nous restons confiants", précise Philippe Henry.

Du côté du maître d'ouvrage et propriétaire, la Sicafi Befimmo, on ne fait, à ce stade, aucun commentaire, mais on reste également confiant. On rappelle notamment le dialogue constructif noué avec les riverains pour que le projet s'intègre au mieux dans le quartier et réponde, autant que faire se peut, aux griefs des uns et des autres.

Nos partenaires