Philippe Henry met sur les rails l'Ecopôle de Farciennes

09/02/10 à 16:36 - Mise à jour à 16:36

Source: Trends-Tendances

Le ministre wallon de l'Aménagement du territoire, Philippe Henry, a présenté mardi l'arrêté ministériel signé qui permet la poursuite de la mise en place de l'Ecopôle de Farciennes, un zoning de 130 hectares destiné à accueillir des entreprises qui répondent à des normes durables et écologiques.

Cet arrêté signé lundi prévoit l'implantation d'entreprises sur ce site, pourvu qu'elles répondent à des normes qui en feront le "premier écozoning de Wallonie", a-t-il expliqué. Pour ce faire, une série de normes sont prévues, qui tiennent tant à la nature de l'implantation des entreprises candidates, qu'à leur situation le long de la route de la Basse-Sambre.

Le ministre a vu dans cette décision une symbolique, dans cette commune particulièrement frappée par la crise, Farciennes, où se trouvent également des friches industrielles qui vont du même coup être réhabilitées.

Les conditions imposées par l'arrêté tiennent compte de la situation du zoning et de la présence, à cet endroit, de la Sambre, de voies ferrées et de la proximité des gares ferroviaires, ainsi que liaisons avec les TEC.

M. Henry y a vu un exemple de multimodalité. Il a également indiqué que cet arrêté, préalable indispensable à d'autres mises en oeuvre, était l'illustration de la Déclaration de politique régionale.

Des obligations minimales vont être imposées aux candidats à des implantations dans le futur Ecopôle, destiné à accueillir plusieurs dizaines d'entreprises et qui devraient créer plusieurs centaines emplois. Ces conditions relèveront de la gestion des déchets, de schémas de développement alternatif et de la densification du bâti sur les terrains choisis, afin d'éviter le gaspillage de terrains.

Le zoning choisi fait l'objet d'études de l'intercommunale Igretec depuis trois ans, et les premiers travaux devraient y débuter dans quelques mois, pour que se réalise l'aménagement de la zone, son équipement et son assainissement.

Les premières entreprises devraient y prendre place dans deux ou trois ans.


Trends.be, avec Belga

Nos partenaires