Permis d'urbanisme : une lenteur coupable ?

20/06/11 à 14:02 - Mise à jour à 14:02

Source: Trends-Tendances

"Alors que la reprise tend à mieux remplir les carnets de commande, un grand nombre d'entrepreneurs sont obligés de mettre leurs ouvriers en chômage économique (voire de les licencier) à cause des goulets d'étranglement dans la délivrance de permis", dénonce la Confédération Construction Wallonne.

Permis d'urbanisme : une lenteur coupable ?

© Thinkstock

Plus de 8 entrepreneurs sur 10 sont "parfois ou souvent" confrontés à des retards de délivrance des permis d'urbanisme "pénalisant le démarrage des chantiers", selon une enquête de la Confédération Construction Wallonne qui appelle dès lors le ministre Henry, en charge de l'Aménagement du territoire, "à relancer d'urgence le rythme de délivrance de permis sans attendre la révision de fond du Code wallon de l'aménagement du territoire, de l'urbanisme, du patrimoine et de l'énergie (CWATUPE)".

"Depuis son adoption en 1984, ce code a fait l'objet de très nombreuses modifications qui le rendent de plus en plus illisible, complexe, rigide et instable juridiquement, et ce, tant pour les acteurs économiques que pour les administrations", rappelle la Confédération Construction.

Cette dernière se réjouit donc que le gouvernement wallon ait lancé cette année, à l'initiative du ministre Henry, une évaluation du document, en y associant les principaux acteurs concernés par le dossier, dont la Confédération Construction Wallonne.

Face à certaines "situations urgentes" rencontrées par les entrepreneurs du secteur, la Confédération a cependant pris les devants en interpellant le gouvernement wallon et en adressant un courrier au ministre Henry, dans lequel elle dénonce "l'extrême lenteur dans la délivrance des permis d'urbanisme qui pénalise les entrepreneurs et par voie de conséquence, leur personnel".

"Aujourd'hui, alors que la reprise tend à mieux remplir les carnets de commande, un grand nombre d'entrepreneurs sont obligés de mettre leurs ouvriers en chômage économique (voire de les licencier) à cause des goulets d'étranglement dans la délivrance de permis, les empêchant d'honorer des commandes", conclut la Confédération.

Le secteur de la construction compte en Wallonie quelque 65.000 travailleurs salariés et représente, au sens large, près de 10 % du PIB wallon.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires