Particuliers ou entreprises : que doivent choisir les communes belges ?

01/06/11 à 10:51 - Mise à jour à 10:51

Source: Trends-Tendances

"Il n'y a aucun intérêt, pour les communes, à attirer des entreprises sur leur territoire." L'UWE part en croisade contre cette idée reçue. Et, chiffres à l'appui, veut prouver que les communes ont, financièrement, tout intérêt à faire les yeux doux aux entreprises.

Particuliers ou entreprises : que doivent choisir les communes belges ?

© Thinkstock

Le précompte immobilier est plus élevé pour les entreprises que pour les particuliers, si l'on en croit les chiffres avancés mercredi par l'Union wallonne des entreprises. Pourtant, "de plus en plus souvent, les entrepreneurs entendent de leurs élus locaux qu'il n'y a aucun intérêt, pour les communes, à attirer des entreprises sur leur territoire : erreur !", estime la fédération patronale.

Outre le fait que les entreprises génèrent de l'emploi local, leurs investissements immobiliers représentent des recettes fiscales importantes en précompte immobilier, estime l'UWE. "Beaucoup plus que ne le pense un grand nombre d'élus locaux..."

Chiffres à l'appui : "Pour un investissement en Région wallonne de 100.000 euros en bâtiments, un commerce génère 1.241 euros par an de précompte immobilier, contre 1.040 euros pour un hall industriel et 564 euros pour un logement."

Si le précompte immobilier d'un nouveau logement est de 100, pour un même montant investi celui d'un hall industriel neuf sera de 186 et celui d'un nouveau bâtiment commercial de 220.

Particuliers ou entreprises ? Les 4 arguments de l'UWE

1) "Un investissement immobilier d'une entreprise rapporte en moyenne le double en précompte immobilier par rapport à un logement. Dès lors, par euro investi, une entreprise fournit autant de recettes fiscales pour la commune que le citoyen."

2) "Si toutes les communes renâclent à accueillir des entreprises, il n'y aura plus d'emploi et dès lors plus d'impôt des personnes physiques. Le Parlement et le gouvernement wallon ne peuvent rester passifs face à ce risque de NIMBY (Ndlr, Not In My Back yard, littéralement "pas dans mon jardin") communal."

3) "Toute commune a intérêt à garder un bon équilibre entre entreprises et logements. Les habitants doivent aussi travailler. Il vaut mieux qu'ils aient la possibilité de le faire à une distance raisonnable de leur logement."

4) "Les communes ne doivent pas non perdre de vue qu'en accueillant les entreprises, elles engrangent autant de recettes mais... n'ont pas toutes les dépenses liées aux personnes. Autant de recettes et moins de dépenses !"

Trends.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires