Parquer son argent dans un garage

03/11/14 à 13:27 - Mise à jour à 13:27

Source: Moneytalk

La pénurie de places de stationnement dans les villes pousse les prix à la hausse. Là, un investissement dans un emplacement de parking, box ou garage peut se révéler intéressant, affirme le porte-parole de la Confédération des Immobiliers de Belgique (CIB) Dajo Hermans.

Parquer son argent dans un garage

Pour devenir propriétaire d'une place de parking, d'un box ou garage en ville, prévoyez aujourd'hui un budget de 15.000 à 50.000 euros. S'y ajouteront les droits d'enregistrement et de notaire. Quant au loyer perceptible mensuellement, il oscillera entre 50 et 150 euros.

Avantages et inconvénients

Il y a quelques avantages à investir dans ce segment immobilier plutôt qu'un autre : les places de parking et garages exigent très peu d'entretien, leurs propriétaires ne sont pas tenus par une législation contraignante, et le risque de défaut de paiement comme d'inoccupation est relativement limité. Mais, prévient Miel Coppens, loueur de places de parking et de garages à Anvers, le suivi est plus soutenu : la rotation des locataires est plus importante lorsqu'on loue un garage que lorsqu'on loue une habitation. En outre, la moindre modification par les autorités de leur politique en la matière risque de déstabiliser le marché. Il met également en garde : le propriétaire d'un emplacement de parking dans un immeuble en copropriété n'a quasi rien à dire quant à la répartition des frais lors de l'assemblée générale des copropriétaires. Les coûts sont, dans ce cas, souvent proportionnellement plus élevés que pour un appartement. En pratique, affirme M. Coppens, ils peuvent même représenter jusqu'à trois mois de revenus locatifs. Il faut aussi être conscient du fait, prévient D. Hermans, que le marché des garages est plus sensible à la loi de l'offre et de la demande que les autres segments du marché immobilier. La localisation du garage est cruciale pour en déterminer la rentabilité : dans une ville où le manque de places de stationnement est criant, le garage sera plus cher, mais plus rentable.

La location d'un garage ou d'une place de parking est, sauf exceptions, soumise au régime de la TVA. Le bailleur doit donc demander un numéro de TVA, déposer des déclarations de périodiques à la TVA et reverser au Trésor la TVA facturée au locataire. Cet inconvénient administratif présente somme toute un avantage : le propriétaire peut récupérer la TVA sur les frais d'entretien ou sur le prix total de la construction de nouveaux garages.

Exemption de la TVA

Si un garage, un box ou un emplacement est loué dans le cadre d'un bail incluant une habitation, un appartement ou un bureau et si les deux biens sont situés dans le même ensemble immobilier et loués au même locataire par le même propriétaire, l'opération est exonérée de TVA. Il est également possible, sous conditions, de bénéficier du régime de la franchise de la taxe.

Pour en savoir plus, notamment sur l'imposition des revenus locatifs, lire l'intégralité de l'article de Roel Van Espen dans Trends-Tendances du 30 octobre.

Nos partenaires