Les studios Abbey Road "monument historique", un coup dur pour EMI?

25/02/10 à 10:27 - Mise à jour à 10:27

Source: Trends-Tendances

Les studios où les Beatles et les Pink Floyd ont enregistré leurs albums viennent d'être classés par le gouvernement britannique afin de garantir leur protection. Leur propriétaire, la major EMI, pourrait le payer cher.

Les studios Abbey Road "monument historique", un coup dur pour EMI?

© EPA

La pop anglaise pousse un ouf de soulagement. Le ministère de la Culture britannique vient de classer comme " Monument historique " les mythiques studios londoniens d'Abbey Road, où les Beatles et les Pink Floyd ont enregistré bon nombre de leurs albums. Conséquence : son propriétaire, la major du disque EMI, qui, selon le Financial Times, avait l'intention de vendre Abbey Road, devra désormais solliciter la permission des autorités locales avant de se séparer du lieu.

Le week-end dernier, la maison de disque avait déjà fait marche arrière en affirmant avoir refusé une offre de plus de 30 millions de livres sterling (34 millions d'euros). Il faut dire que la fuite parue dans le Financial Times avait généré un véritable concert de protestations outre-Manche. L'ancien Beatles, Paul McCartney s'en était même ému publiquement sur la BBC, avant d'évoquer un projet de rachat par un pool d'anciens utilisateurs du lieu.

Problème pour EMI : la vente d'Abbey Road aurait pu apporter les liquidités nécessaires à sa survie à court terme. Il va lui falloir trouver ailleurs le cash que lui demandent ses créanciers.

Une situation financière critique

Le projet de cession d'Abbey Road était en effet directement lié au manque de trésorerie du propriétaire d'EMI, le fond britannique de Private equity Terra Firma. Depuis le rachat de la maison de disque, mi-2007, ce fond n'est pas parvenu à remettre les comptes à flot malgré plusieurs mesures d'économies drastiques, une réorganisation des activités et le départ de 2 000 personnes, soit le tiers des effectifs. Touché de plein fouet par la crise du disque et en retard dans le domaine de la musique numérique, EMI est aujourd'hui décroché face à ses principaux concurrents, Universal Music, Warner Music et Sony Music.

La situation financière est devenue critique. Terra Firma doit honorer fin juin prochain une échéance de dette de 120 millions de livres auprès de la banque américaine Citigroup. A défaut, EMI pourrait se retrouver dans le giron de cette banque puis être revendu. L'américain Warner Music, qui n'a jamais caché son désir d'acheter la major britannique, serait déjà sur les rangs.

Raphaël Carré

Trends.be, L'Expansion.com

En savoir plus sur:

Nos partenaires