Le thermomètre de l'immobilier européen

11/02/13 à 11:56 - Mise à jour à 11:56

Source: Trends-Tendances

Après quatre ans de gestation, Eurostat a fini par sortir un index des prix de l'immobilier résidentiel en Europe. Jusqu'ici, la comparaison des chiffres entre plusieurs pays était quasiment impossible.

Le thermomètre de l'immobilier européen

© Thinkstock

Les prix de l'immobilier n'ont pas toujours été considérés comme importants pour mesurer la santé économique d'un pays. Les choses ont changé depuis la crise bancaire de 2008, issue de celle des subprimes américains. Les ministres européens ont souhaité qu'un indice soit établi pour comparer les niveaux de marché entre les 27 États membres. Il vient de sortir et s'appelle le HPI (house price index).

"Nous n'apprendrons rien sur le marché belge, qui devrait afficher une hausse de 2 % sur 2012, mais cet indice sera précieux pour comparer les marchés, explique Julien Manceaux, senior economist chez ING. Les indices nationaux existants n'étaient guère comparables : un pays n'utilisait que le prix des maisons, un autre mélangeait logements nouveaux et anciens." Parfois, il s'agissait d'évaluations d'agents immobiliers, pas de données sur les transactions.

Le nouvel indice compare les prix de transactions des lo-gements des particuliers, quels qu'ils soient (nouveaux, anciens, maisons, appartements), hors frais (taxes, notaire). Il est calculé dans chaque pays par les instituts nationaux selon une méthodologie discutée avec Eurostat. Les chiffres les plus récents portent sur le troisième trimestre 2012 : pour l'ensemble de l'Union européenne, les prix ont reculé de 1,9 % (-2,5 % pour la zone euro) par rapport au même trimestre en 2011 ; la Belgique, elle, a enregistré une hausse de 1,8 %.

Ce travail d'harmonisation, visiblement aussi laborieux que nécessaire, n'est pas encore parfait. Certains pays comme l'Allemagne n'ont pas encore fourni de données trimestrielles.

ROBERT VAN APELDOORN

En savoir plus sur:

Nos partenaires