La tour Zenith sort enfin de sa torpeur

05/10/11 à 13:47 - Mise à jour à 13:47

Source: Trends-Tendances

Le Zenith, revendu par le promoteur Codic au fonds allemand MEAG, est toujours vide. Le ciel semble néanmoins s'éclaircir pour la tour dessinée par le français SCAU et le belge CERAU.

La tour Zenith sort enfin de sa torpeur

© CODIC

Comme son nom de baptême le laissait entendre au marché, cette tour devait être, dès 2007, un repère pour le parc de bureaux bruxellois du 21e siècle. Mais le choix de son emplacement, tout au bout du bout de l'espace Nord et du boulevard Albert II, était présomptueux pour le marché des grands occupants corporate ou européens, peu enclins à quitter leurs avenues historiques, même lorsque le contenant et le prix locatif ont tout pour séduire. On parle actuellement d'un loyer économique moyen avoisinant les 130-140 euros/m²/an, alors que la commercialisation avait débuté aux alentours des 200 euros...

Près de cinq ans plus tard, le Zenith, revendu par le promoteur Codic au fonds allemand MEAG (Munich Ergo Asset Management GmbH) avant sa livraison et avant la crise du marché du bureau dans la capitale de l'Europe (mai 2007), est toujours vide.

Le ciel semble néanmoins s'éclaircir pour la tour dessinée par le français SCAU (Macary et Delamain) et le belge CERAU. Et surtout pour le propriétaire allemand coté en Bourse : deux contrats de location sont en cours de finalisation sur quelque 12.000 des 30.000 m² qu'offre la tour. Il s'agit d'un département de la Communauté française (6.000 m²) et d'un service de la SNCB, Xpedys (6.000 m²). Les baux sont à la signature.

Philippe Coulée

En savoir plus sur:

Nos partenaires