"La part du 'food' dans le shopping ne va cesser de grandir"

15/11/17 à 11:30 - Mise à jour à 11:27
Du Trends-Tendances du 09/11/17

Le Mapic, la grand-messe internationale de l'immobilier commercial, se déroulera du 15 au 17 novembre à Cannes. Le thème de cette année sera dédié à la place de plus en plus grande réservée aux enseignes "Food & Beverage" dans les centres commerciaux.

"La part du 'food' dans le shopping ne va cesser de grandir"

© Belgaimage

Les gestionnaires de centres commerciaux sont en pleine réflexion. Toutes les études le montrent : la part du food & beverage (alimentation et boisson) dans l'offre commerciale des shopping centers sera croissante à l'avenir. Elle est actuellement de 6 à 7 % pour les shoppings qui ne se sont pas encore adaptés aux nouvelles tendances et devrait grimper, d'une manière générale, à 15 à 20 % à l'avenir. Soit une belle évolution du modèle habituel.

En Belgique, Docks Bruxsel semble être le premier à avoir appréhendé cette mutation. Son offre en matière de food est conséquente, avec une vingtaine de possibilités de restauration. Un élément qui se répercute sur ses chiffres de fréquentation, qui atteint les 5 millions de visiteurs pour la première année d'exploitation. " L'expérience sur le lieu de vente est essentielle pour amener le consommateur à se déplacer plutôt qu'à acheter en ligne, explique Nathalie Depetro, la directrice du Mapic. De ce fait, le centre commercial traditionnel évolue vers un centre qui se veut un lieu social, de rencontres, de loisirs, où l'on vient passer la journée. " Et où on y boit et mange donc allègrement. Pour étayer cette tendance, le courtier immobilier CBRE a réalisé une étude il y a peu sur le sujet. On y relève notamment qu'un client qui se rend dans un centre commercial bien équipé en food & beverage y reste plus longtemps, avec une dépense moyenne supérieure de 18 %. " Un Belge dépense en moyenne 747 euros par an dans des cafés, restaurants ou fast-food, explique Sébastien Vander Steene, directeur du département retail Belgique et Luxembourg chez CBRE. Un montant en hausse de 14 % depuis 2012. Cette donnée est très importante pour les retailers puisqu'ils peuvent capter une partie de ce montant en proposant une offre adaptée. Et que cette proportion est encore amenée à augmenter. La part du food dans le shopping ne va en fait cesser de grandir. "

747 euros. C'est le montant moyen qu'un Belge dépense par an dans des cafés, restaurants ou fast-food, selon CBRE.

Trouver des fournisseurs de qualité

Parmi les autres éléments intéressants que l'on peut relever, citons le fait qu'un tiers des clients consomment une boisson ou un repas quand ils font leur course. Et que les Belges dépensent, en moyenne, 15,80 euros par personne pour un repas dans un shopping center, soit la troisième plus haute moyenne européenne. " Les Belges ne sont par contre pas enthousiastes à l'idée de venir uniquement pour manger, poursuit Sébastien Vander Steene. Cela signifie qu'un repas fait partie de leur expérience commerçante. " L'avenir du secteur s'annonce positif en la matière, mais il doit être accompagné d'un changement des mentalités. " Le terreau est propice à une belle croissance en Belgique, note Sébastien Vander Steene. La demande est présente. Docks est un premier exemple, City 2 va suivre après sa transformation. Il est nécessaire de développer des food corners de qualité pour que les clients restent plus longtemps dans les shoppings. Cela mêle des fast-foods du type McDonald's ou Quick, des enseignes d'un standing plus élevé comme Exki ou Le Pain quotidien et des enseignes locales. La difficulté actuelle est liée aux investissements qui sont conséquents en termes d'équipements. " Alors que Serge Fautré, le CEO d'AG Real Estate, regrette quant à lui le manque d'offre de qualité : " Le food & beverage est une tendance de fond. Mais en Belgique, le principal problème aujourd'hui est de trouver des fournisseurs de qualité qui sont à même de fournir une cuisine d'une demi-douzaine de pays différents. Le marché belge doit évoluer en ce sens, être plus créatif et élargir ses heures d'ouverture. Ce pour quoi nous ne sommes pas prêts actuellement. "

Par Xavier Attout.

Newsletter

Tous les jours, une sélection des news économiques les plus importantes.

Nos partenaires