L'immobilier, un placement toujours aussi sûr ?

28/08/12 à 15:33 - Mise à jour à 15:33

Source: Trends-Tendances

A force d'entendre crier au loup, le consommateur belge semble avoir pris peur. Dernièrement, les ventes de maisons et appartements ont baissé. Sans raison apparente puisqu'il n'y a pas de quoi s'alarmer.

L'immobilier, un placement toujours aussi sûr ?

La brique belge, contrairement à ses voisines, affiche au premier semestre 2012 un bilan de santé honorable sur tous les types d'habitation. A l'échelle nationale, le prix des appartements croît de 4%, celui des maisons de 2%, les terrains de 1% et les villas font du sur-place. Plus localement pourtant, on constate une agitation inédite en termes d'écarts de prix d'une année, d'une commune, à l'autre. Sans qu'il y ait au final - sur la durée ou sur l'ensemble des régions - des chutes de valeur significatives : les hausses et les baisses, même brutales, tendent à s'équilibrer dans le temps et dans l'espace.

Mais pour un acquéreur qui devrait revendre en catastrophe ou voudrait dégager une plus-value rapide, il y a de quoi grimacer: les baisses annuelles atteignent parfois les 50% de la valeur de référence de l'année précédente...

Baisse des ventes en 2012

Actuellement, le plus dommageable pour le marché est le ralentissement du nombre de transactions. Il s'est respectivement échangé en 2010 et 2011, sur le marché immobilier secondaire (habitations d'occasion et terrains), 147.734 et 146.588 biens. Mais en 2012, après six mois, on ne comptabilisait que 66.071 ventes. Une baisse d'activité de quelque 10% est donc prévisible, en théorie, si rien ne vient modifier la donne.

Trends.be

Plus d'infos dans le Guide Immobilier de Trends-Tendances qui paraît ce jeudi 30 août. Il est vendu conjointement avec le magazine Trends-Tendances pour 7¤ et sera disponible séparément à 5¤ ( à partir du 6 septembre).

En savoir plus sur:

Nos partenaires